Le mensonge médiatique à propos de la « Marche contre l’islamophobie »

Les médias dominants sont indécents. Indécents. Dans leur entreprise de démolition du lien social – qui fait le bonheur des dominants en établissant les partis du capitalisme ultra-libéral comme les seuls qui vaillent et les partis d’extrême droite comme leurs seuls adversaires crédibles -, ils ont évidemment passé leur temps à dénigrer la Marche contre le racisme et l’islamophobie, organisée le 10 novembre 2019 et ayant réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Disons-le tout de suite : le terme islamophobie est ambigu, car il désigne à la fois la « peur de l’Islam » et les actes racistes perpétrés contre les membres de cette religion. Mais le fait qu’on puisse critiquer toute religion ne permet pas d’omettre les actes anti-musulmans existant.

Lire aussi : Sionisme, antisémitisme, islamophobie, doit-on cautionner ces mots ?

Contrairement à d’autres marches contre la haine organisées les années précédentes, aucun membre du Gouvernement n’a daigné accorder la moindre importance à cette marche contre les actes anti-musulmans. Seuls les partis de « gauche » (exit donc EELV ou feu le PS) ont déclaré participer à cette marche, ainsi que les syndicats et certaines associations spécialisées sur la question du racisme.

Pas un journaliste de plateau n’a cherché à comprendre ou à défendre cette marche. Tous ont trouvé des arguments pour la délégitimer a priori. Les musulmans, victimes d’attentats ? Victimes d’agressions ? Victimes de discrimination au logement, à l’embauche ? Les femmes portant le voile, discriminées jusque dans l’école ? Peu importe, « l’information » importante devait concerner le nom de 2-3 obscurs signataires (islamistes extrémistes) de l’appel à la manifestation.

Lire aussi : France, quel est l’objectif de ta ségrégation ?

Sous prétexte que quelques personnes non-recommandables allaient participer à la manif (peut-on le contrôler ?), la manif n’avait pas lieu d’être. En plus le CCIF serait, soi-disant (selon les experts de Twitter, pas selon les vrais experts comme Bernard Godard), affilié aux Frères Musulmans… Vous ne trouvez pas que ce genre d’arguments – utilisé à l’époque et encore parfois aujourd’hui malheureusement pour mettre tous les juifs dans le même sac – fonctionne toujours à plein régime ?

Blanc ou noir. Il y a une forme d’étrange pureté des idées dans les médias dominants, mais seulement quand ça les arrange : avoir Zemmour sur leurs plateaux ou en live sur leurs antennes, des dirigeants d’extrême droite négationnistes ou racistes invités tous les jours (qu’on ne contredit pas), des appels au meurtre (Zineb El Rhazoui), cela ne dérange pas. Ce sont toujours les mêmes qui sont visés, et ils n’ont pas la parole, alors…

La manifestation a eu lieu. Elle n’a occasionné aucun débordement. Elle a donné lieu à de beaux moments. Et pourtant. Les médias n’ont encore une fois eu qu’un seul son de cloche, consistant à débusquer la moindre ombre au tableau pour transformer le tableau entier en oeuvre satanique.
– Décidément, il y avait beaucoup de femmes voilées dans le cortège (oh, quelle surprise : déjà qu’elles ne peuvent pas être citoyennes à part entière, il faudrait en plus qu’elles n’aillent pas manifester pour un racisme qui les concerne directement ?)
– Une femme nue agissant à la manière des FEMEN a fait irruption dans le cortège et… elle n’a pas été violentée, juste mise de côté (doit-on rappeler comment les FEMEN sont traitées lorsqu’elles apparaissent dans les manifs d’extrême-droite ?)
– Il y avait des stickers à l’effigie de l’étoile jaune que portaient les juifs pendant la Seconde Guerre (faux : ce sticker avec un croissant et une étoile à 5 branches ne faisait pas référence à la judéité, mais simplement à l’Islam, religion prétexte à la discrimination de nombre de nos concitoyens aujourd’hui).
– Il y a eu des « Allahou Akbar » : oui, quelques-uns à un moment spécifique, le but étant simplement d’expliquer ce que ce terme signifie (Dieu est grand) pour ne pas abandonner cette expression aux terroristes.
– Il y a eu des propos « choquants » concernant Bouvet et El Rhazoui : euh, quiconque est déjà allé en manif sait que chanter « Si t’aime pas El Rhazoui tape dans tes mains ! » n’est pas une quelconque menace mais un moyen au contraire de communier pacifiquement et en chanson, au sujet de personnes ayant eu des propos infiniment plus graves (propos racialistes pour le premier, menace de mort pour la seconde).

Mais le plus grave, c’est qu’une fois qu’on a dit tout ça, on n’a rien dit sur la réalité de cette marche contre le racisme et les discriminations anti-musulmans.
On n’a rien dit des slogans comme « Laïcité on t’aime, tu dois nous protéger », ou encore « Oui à la critique de la religion, non à la haine du croyant, ou bien encore « Laissez-nous vivre ensemble ! »
Avec ce genre de message, on ne fait rien contre les discriminations les visant (ce qui est un comble dans un pays dit républicain).
Avec ce genre de message, on tait les messages de fraternité de nos concitoyens qui ont brandi plus de drapeaux français ou de syndicats que de drapeaux d’autres pays (qu’on apprécie ou pas ce symbole nationaliste qu’est le drapeau d’un pays), ont plus chanté la Marseillaise que quoi que ce soit d’autre (encore une fois, un hymne reste un symbole qu’on apprécie ou pas, mais quand même, venant de personnes dont on dit qu’elles n’aiment pas la France, c’est marquant), ont tendu la main et pris la parle au nom des athées, agnostiques, juifs, chrétiens (tous nombreux dans le cortège sans que cela ne pose le moindre souci, bien au contraire) dans la perspective d’une nation solidaire et fraternelle, ont prôné la laïcité entière, leur permettant d’être et français ET musulmans et pas soit l’un soit l’autre… Bref, ont fait preuve de citoyenneté et plus important, d’humanité, la base pour une manifestation anti-raciste.

Au final, cette manifestation et tous ces gens présents ont montré qu’être musulman finalement n’était pas une identité à part (comme les racistes de la droite la plus extrême jusqu’à certains gauchistes veulent faire croire), et qu’on pouvait être musulman et français, musulman et républicain, musulman et laïc, musulman et féministe, musulman et LGBTQ+, musulman et syndiqué ou partisan, et pas seulement musulman et intégriste, n’en déplaise à ceux qui colonisent les plateaux TV et déforment la réalité à longueur de journée. Le nier, ça c’est du racisme et pas de la « peur de l’Islam !

Lire aussi : Non à tous les racismes, non à toutes les récupérations du racisme

Aux « amis » de gauche qui n’ont eu de cesse de pourrir cette manifestation, avant, pendant, après, souvent sans y être : Comment des personnes qui se disent de gauche peuvent tenter avec autant de force de disqualifier une manif organisée contre le racisme et l’islamophobie sous-pretexte que oui, il y avait certainement des personnes peu recommandables dans le cortège ? Comment peuvent-ils accepter de déformer la réalité, comme le font les médias dominants, comme le fait l’extrême droite confusionniste, quand le reste du temps, ils sont vent debout contre ces méthodes… ?

Être contre les dogmes et les dominations, c’est évident : donc être contre toutes les extrêmes droites (nationalistes, patriotiques, religieuses), c’est un devoir, d’autant plus que ces forces se renforcent. Être mal à l’aise lors de discours communautaires ou lorsque l’on chante la Marseillaise, cela s’entend (et c’est mon cas). En revanche, en faire plus pour invisibiliser les gens opprimés que pour combattre les oppresseurs (politiques, médiatiques, citoyens) et se dire de gauche, c’est parfaitement incompatible. Et la défense des opprimés vient avant tout.

Peace.

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter ! Ou encore vous abonner à la newsletter !

Sources :
Twitter
https://www.20minutes.fr/societe/2647071-20191108-conseil-lutte-contre-islamophobie
http://www.leparisien.fr/societe/les-testing-le-confirment-les-musulmans-sont-surexposes-aux-discriminations-06-11-2019-8187189.php
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/03/22/racisme-et-discriminations-les-musulmans-l-une-des-minorites-les-moins-acceptees-en-france_5274822_4355770.html