Le film Welcome : La désobéissance civile pour aider son prochain

welcome-film-immigration-lioret-lindon

En cette période assez sombre où l’on parle des êtres humains comme des sacs de marchandise, laissons à l’art la place qu’il mérite : éclairer d’une lumière chaleureuse les problèmes pour en voir les solutions. Et toujours, remettre l’humain au centre.

Le film Welcome (Philippe Lioret) n’est pas une œuvre d’art. C’est un bon film. Mélodrame bouleversant, il nous compte l’histoire de Bilal (Firat Ayverdi), jeune sans-papier qui débarque à Calais (Nord) de son Kurdistan natal avec pour seul rêve de rejoindre sa petite-amie, en Angleterre. Au point de s’imaginer y aller à la nage. De l’autre, un maître-nageur un peu rustre (Vincent Lindon) qui finira par aider Bilal, un peu par humanité, un peu aussi pour impressionner son ex.

Humaniste, le film l’est assurément. À travers les images très réalistes de Philippe Lioret, les spectateurs ont pu découvrir que les immigrés qui viennent en Hexagone n’ont pas tous le RSA, le logement social, qu’ils ne sont pas tous voleur ou mendiant. Qu’au contraire, leur vie ici peut être extrêmement difficile et violente. Toute cette misère, cela laisse présager de la vie qu’ils ont quittée…

C’est aussi grâce à ce film que la majorité des Français a découvert l’article L622-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile menaçant de cinq ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende tout citoyen ayant aidé une personne en situation irrégulière.

Voilà où la justice nous mène aujourd’hui, ce que montre très bien le film. On peut être puni, mis dans une situation de hors-la-loi pour avoir agi dans l’intérêt commun, pour avoir fait preuve d’humanité. Ne rien faire, c’est la garantie de la tranquillité. Une sale morale contre laquelle se dresse le film, en prônant la désobéissance civile, vue comme un acte citoyen. Car non, ce ne sont pas toujours les plus forts ou les plus nombreux qui ont raison…

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » Article 35 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1793.

Pour approfondir le sujet sur l’immigration au cinéma : http://www.lexpress.fr/culture/cinema/l-immigration-dans-le-cinema-francais-un-bilan-mitige_1267376.html#YLVD0VmRAxOQWf0T.99

Photo : © DR

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*