La douche anti-SDF : un nouveau dispositif qui ajoute le dangereux à l’ignoble

 

« Je comprends que cela puisse choquer. En même temps, mouiller quelqu’un ce n’est pas bien méchant »…

Voilà le genre de répliques qu’on a pu entendre suite au scandale – légitime – qu’a provoqué la mise en place d’un nouveau dispositif anti-SDF consistant en divers jets d’eau se déclenchant aux abords de l’entrée d’un parking. Une abjection de plus contre ceux qui sont déjà dans une situation extrêmement dégradante.

Mouiller quelqu’un, c’est humiliant, c’est rabaissant, dégradant. Mais pire, c’est dangereux. Lorsqu’il fait entre -5 et 5°C, être « arrosé » en pleine nuit, c’est le début d’une vraie galère. Car quand on est sans-abri, comment se sécher et sécher ses vêtements quand on n’en a pas de rechange ? Comment se réchauffer, comment éviter de tomber malade (encore plus qu’on ne l’est déjà quand on vit dehors jour après jour, qu’il pleuve, neige, vente) ?

Lire aussi : SDF : Donnons notre attention à nos voisins des rues !

Cette « douche anti-SDF », c’est un stade supérieur dans l’ignominie de ces architectures qui n’ont qu’un seul but : repousser les gens qui sont à la rue loin des belles avenues parisiennes et des belles vitrines, mais pas de lutter contre la pauvreté elle-même.

C’est idée rejoint la ligne de la Fondation Abbé Pierre, par exemple : « Nous, nous disons ‘plutôt que de faire la guerre aux pauvres, faisons la guerre à la pauvreté’ «  explique Christophe Robert, délégué général. Et comment lui donner tort ? En attendant, on peut toujours rêver d’entendre le Président français actuel lancer une grande opération pour lutter contre ce fléau.

 

 

 

Pour aller plus loin dans la dénonciation, la fondation a lancé un site, #SoyonsHumains, afin de mettre à jour la prolifération de ces dispositifs inhumains dans la capitale et ailleurs. La disparition des bancs publics, la disparition de sièges « normaux » dans les stations de métro, les pics, les grillages, les parterres pleins de bosses… Tout le monde peut prendre en photo l’une de ces architectures empêchant les sans-abri de se poser dans un coin à l’abri du vent, de s’asseoir (quelle indignité que de vouloir s’asseoir dans la rue !), de s’allonger, bref, de vivre et de survivre.

« Mouiller quelqu’un, ce n’est pas bien méchant ». Cette phrase résonne, car elle montre à quel point certains sont déconnectés de la réalité et de la violence de notre système, marchand, capitaliste, qui ne pense qu’à faire du fric, qu’à en amasser, au détriment des autres, ces autres « feignants » qui coûtent trop cher.

Abject. Dire que Macron, dans une énième digression électoraliste, avait promis qu’il n’y aurait plus une personne à la rue à la fin de l’année (s’il devenait président). La réalité, c’est qu’entre 2000 et 2017, le nombre de SDF aurait doublé, avec 1 million de gens en plus à la rue, dont des travailleurs pauvres… et tout le monde semble trouver ça normal.

douche-anti-sdf

Ne l’oublions jamais : ce n’est pas le froid qui tue, c’est la rue. Et chaque année, entre 500 et 2000 personnes meurent sur le froid bitume de villes qui dégueulent de richesses… en France, c’est plus que les morts liés au terrorisme, et ça s’appelle la « loi du marché ». Joyeux Noël.

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter ! Ou encore vous abonner à la newsletter (NOUVEAU) !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*