Se laisser entraîner sur Les sentiers de l’utopie…

christiania-sentiers-de-lutopie © cameron hewitt

John Jordan et Isabelle Frémaux, journalistes activistes, sont partis sillonner les routes pendant près d’un an à la recherche de lieux et de gens bien réels ayant décidés de vivre en accord avec leurs principes, loin des carcans du système. Ils en ont fait un livre qui se parcourt comme un voyage, Les sentiers de l’utopie.

Être utopistes, ce n’est pas être un rêveur ou un enfant qui refuse de grandir. Au contraire, c’est être parfaitement conscient des limites de la société et aspirer à en voir éclore une nouvelle, plus belle. C’est pourquoi parcourir de bout en bout Les sentiers de l’utopie fait un bien fou. J’ai lu ce livre comme on apprend une grande nouvelle. Une véritable révélation !

Grâce à John et Isabelle, on découvre tout un panel de femmes et d’hommes qui ont choisi de dire stop à la folie de notre monde, et d’en construire un nouveau, modeste mais avec d’autres manières « d’aimer et de manger, de produire et d’échanger, de décider des choses ensemble et de se rebeller. »

Parti de l’aéroport d’Heathrow où il campa illégalement pour protester contre l’agrandissement de ce même aéroport, le couple nous embarque dans une grande aventure dans le sud de l’Angleterre, mais aussi en France, en Italie, en Espagne, en Serbie, en Allemagne et même au Danemark dans la cité de Christiania (photo ci-dessus).

A chaque étape de ce périple, on fait la connaissance des habitants des lieux, de comment ils en sont venus à s’installer là, de leur organisation sociale, de leur manière de cultiver, de s’alimenter, de partager, de vivre. Des punks, des anarchistes, des hippies, des écolos, des pratiquants de l’amour libre, des jeunes, des vieux, bref des êtres humains comme vous et moi… Et si l’écriture est captivante et convaincante (bravo aux deux auteurs !), le ton n’est pas du tout moralisateur : quand l’ambiance n’est pas idéale quelque part, on est prévenus !

Toujours est-il qu’au fil des pages, on en vient à avoir la confirmation qu’une utopie peut être réalisée, et c’est bien là le cœur du message. D’ailleurs suite à ce livre-film (le livre est en effet couplé à un documentaire disponible ci-dessous), John Jordan et Isabelle Frémaux se sont lancés dans une grande aventure : l’ouverture de leur propre utopie en Bretagne, appelé la r.o.n.c.e. (résister/organiser/nourrir/créer/exister).

Bon vent à eux. Et si vous êtes utopistes ou presque, bonne lecture à vous !


Les Sentiers De L’utopie 1/2 par wildkillah


Les Sentiers De L’utopie 2/2 par wildkillah

Photo : © Cameron Hewitt

6 commentaires

  1. Merci de partager, très belle initiative. Je me procure ce livre des que je peux.

    N’attendons pas que le monde change pour changer.

  2. Je l’ai commencé et c’est vrai que ce livre est une véritable bouffée d’air frais. Sa lecture fait un bien fou !

    Merci de me l’avoir conseillé…

    • Hey !

      Merci à toi d’avoir suivi ce conseil, ça fait plaisir !
      Je suis bien d’accord, sa lecture m’avait également apporté énormément de réponses et de confiance pour m’engager… sur les sentiers de l’utopie évidemment !

  3. Et bien j’ai reçu ce bouquin samedi, et c’est un vrai plaisir à lire, Enfin du concret ! des vrai témoignage de gens qui on décidé de s’en sortir ! Et surtout de sortir des griffe de ce système.

    Je le recommande à tout ceux qui n’ose pas faire le premier pas, ou Qui recherche de veritable expérience concrête qui fonctionne !

    Merci L’indigné du Canapé ! 😉

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*