Propagande : quand seules les Fake news officielles sont autorisées

Quand on y pense (les Rouges mangent les enfants, les armes chimiques ici, l’arme nucléaire là, la guerre du Vietnam, le Watergate, le sang contaminé, le nuage de Tchernobyl qui s’arrête aux frontières, etc.), l’Etat et ses représentants ne sont-il pas les principaux pourvoyeurs de fake news ?
N’ont-ils pas beaucoup fait pour l’essor des théories du complot, souvent extrapolées de faits réels ô combien surprenants ?

La propagande est une action – ou pression – exercée sur l’opinion pour l’amener à avoir ou à soutenir certaines idées, surtout politiques.

La propagande est une manipulation. Technique marketing à l’origine, elle devient au début du XXème siècle un outil de manipulation politique, notamment grâce à l’influence d’un certain Edward Bernays.

« La manipulation consciente et intelligente des actions et des opinions des masses est un élément important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme invisible de la société, constituent un gouvernement invisible qui est le vrai pouvoir dans notre pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont formés, nos goûts éduqués, nos idées suggérées, en grande partie par des hommes, dont nous n’avons jamais entendu parler. »

Pour E. Bernays, ce qu’il appelle « l’ingénierie du consentement » – mise au point par les structures dominantes, économiques, politiques et médiatiques – serait indispensable pour la survie de la démocratie.
On serait tentés d’ajouter, ou plutôt de préciser, que cette ingénierie provient mais également sert les objectifs des dominants, qui sont – dans ce qu’on appelle non sans manipulation le « monde libre » – des défenseurs du libéralisme le plus crasse : oui, cette ingénierie du consentement sert avant tout ceux qui se targuent d’être « républicains » et « démocrates » mais qui piétinent l’essence de ce qu’est la démocratie (le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple) sans souci dès lors que c’est pour sauvegarder les avantages des nantis, de ceux qui dominent.
D’ailleurs, cette ingénierie n’a pas empêché – bien au contraire – le nazisme, pas plus que le capitalisme d’Etat (oui oui, je parle bien de ce régime qui a eu cours en URSS ou en Chine maoïste et que certains appellent « communisme »). 

Lire aussi : Les mots nous manipulent, luttons pour nos propres concepts 

Car quiconque détient le pouvoir politique, et agit en accord avec le pouvoir économique et financier (pouvoir qui détient aussi le pouvoir médiatique), peut utiliser à son avantage cette ingénierie. 

Cette ingénierie est par définition anti-démocratique, puisqu’elle ne se préoccupe pas de la vérité, et recherche avant tout la réussite du modèle dominant, au détriment du bien commun.
En ce sens, que le « maître » soit un extrémiste capitaliste pour qui la loi des grandes entreprises doit régner (au détriment des travailleurs), ou un extrémiste patriote pour qui les lois doivent être nationalistes (au détriment des étrangers), peu importe : dans les deux cas, l’information est une arme, et son détournement à l’avantage de son « projeeeeeet » un atout majeur.

Le problème posé par l’Internet et les réseaux sociaux

Mais, car il y a un mais : comment continuer à contrôler l’opinion publique lorsque celle-ci se détourne (bien que modérément) des médias traditionnels grâce à l’essor de nouveaux médias horizontaux, comme de nombreux sites Internet alternatifs, et de nouveaux moyens de communication, comme les réseaux sociaux ?

L’Internet a en effet libéré la parole populaire, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur, car une multitude de sites alternatifs prônant de nouveaux modèles de société ont émergé, chose qui aurait été impossible en termes financiers auparavant.

Le meilleur aussi car les réseaux sociaux permettent le débat entre personnes qui ne se seraient jamais rencontrées auparavant, et pourrait permettre – le veut-on seulement ? – une vraie horizontalité des prises de décisions collectives…

Revers de la médaille : des centaines de sites alternatifs ont aussi émergé qui prônent la division, la haine, et utilisent des Fake News de manière massive (les migrants gagnent des milliards, ils viennent de pays riches et en paix, ils commettent des viols sans jamais être inquiétés, détestent la France, blablabla) pour générer des émotions négatives, amasser rapidement de grosses communautés, et se faire un maximum de fric sur le dos de personnes apeurées par la différence. 

Lire aussi : Pourquoi le confusionnisme est-il si dangereux ? 

Dans le sillage de ces derniers, la parole s’est libérée, montrant un triste visage de nos concitoyens. Depuis la fin des années 90, les messages racistes (que ce racisme soit biologique ou culturel, et donc plus insidieux) se sont multipliés et totalement banalisés sur le web, notamment grâce à des armées de malheureux, de cyniques et de frustrés faisant – parfois malgré eux – le jeu de l’extrême droite. 
Et n’oublions pas que derrière les créateurs, il y a les diffuseurs : nous sommes tous responsables des informations que l’on véhicule sur la Toile. C’est pourquoi il est toujours important de VÉRIFIER SES SOURCES pour cesser de donner encore plus de forces aux médias réactionnaires (de « réinformation, lol) qui pullulent et prospèrent déjà suffisamment. 

Lire aussi : Liste de sites alternatifs n’entretenant pas la confusion

Étrangement, tant que ce racisme n’avait d’impact négatif que pour les franges les plus marginalisées de la société, toujours plus essentialisées, dénigrées, stigmatisées, le pouvoir politique – et les réseaux sociaux hébergeurs eux-mêmes – n’ont pas sourcillé.
Il existe des sites Internet d’extrême droite mensongers, créant de véritables « infox » encourageant les chasses à l’homme (non blanc), répertoriant uniquement des actes de violence, viol, perpétrés par des personnes non blanches (sites purement et simplement racistes en clair, donc hors-la-loi), véhiculant des discours inacceptables plus vus ou entendus depuis le XIXème siècle… mais qui peuvent continuer à exister tranquillement, au XXIème siècle, en France…

Mais à partir du moment où les sites et les Fake News remettent en cause l’ordre dominant, par exemple en étant à l’origine de bulles d’information plus grosses que celles générées par les médias dominants (la fameuse ingénierie du consentement agissant en faveur du pouvoir dominant), les autorités se sont retrouvées face à un problème majeur, devenu prioritaire.

La loi anti Fake News : la loi du mensonge officiel

D’où les réflexions du Gouvernement Macron pour contrôler l’information du web de manière plus serrée, afin de garder le contrôle du consentement. Avec tout ce que cela peut comporter de danger pour la liberté d’opinion et d’expression. Car si le racisme, la xénophobie, les discours anti-Islam, antisémites, homophobes ou sexistes sont à bannir car ils ne s’appuient que sur la haine et ne peuvent déboucher que sur de la violence, qu’en est-il des discours anticapitalistes, écologistes radicaux, anarchistes ou communistes, prônant une autre organisation sociale et l’émergence de nouvelles structures, au détriment de l’existant ? 
Ils ne sont pas hors-la-loi, n’ont aucune raison d’être concernés par les lois anti-infox, mais seront-ils épargnés pour autant dans un monde où il vaut mieux prêcher le faux face à la masse, que dire vrai dans l’indifférence ?

Lire aussi : L’odieuse connivence entre extrême droite et extrême centre 

Comme on l’a dit, le racisme ou le sexisme sont constituants de notre système social et économique actuel. Tant qu’ils permettent de faire élire les mêmes (RN compris), ils ne représentent pas un danger. Ils ne sont donc pas combattus, alors même qu’ils devraient être l’objet même d’un projet de loi visant à mieux réguler les informations diffusées sur les réseaux sociaux. 

En revanche, le risque est grand que ce soient les informations pouvant aboutir à remettre en cause les rouages imparfaits de notre civilisation qui soient directement visés par une loi anti-Fake News.
Surtout qu’on n’a toujours pas la définition « officielle, juridique » de ce qu’est une Fake News. Castaner évoquant l’attaque de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière n’a-t-il pas commis une infox ?
Nos dirigeants répétant à l’envi qu’ils agissent pour l’environnement, que la police ne blesse ni ne tue, qu’ils agissent en faveur de l’emploi, ne mentent-ils pas. 
Si si, mais pas selon la loi du gouvernement…

Ce qui est d’autant plus critiquable, c’est que ce combat contre les Fake News provienne de ceux là même qui créent le mensonge officiel, la propagande d’Etat.

Les communicants LREM sont devenus les spécialistes de la dissonance cognitive : ils disent blanc et font noir, ou l’inverse. Ils passent leurs journées à courir les plateaux télé pour défendre une idée, pour l’heure d’après, balancer ou tweet ou signer une loi qui autorise l’inverse.
« Faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

Bilan : LREM au pouvoir peut faire exactement tout et son contraire, car c’est un parti qui n’a pas de programme, et aucune ligne directrice clairement établie, sinon celle de faire triompher le capitalisme libéral le plus monstrueux, car il n’y aurait pas d’alternatives.
Plus grave encore : ce gouvernement, sous ses airs « républicains » et pire encore « ni gauche ni droite » et « rénovateur », fait – en répliquant les pires habitudes des gouvernements précédents – le jeu de l’extrême droite.

Car à toujours renvoyer « les extrêmes » à une forme de symétrie parfaite (tandis que l’un recherche la transformation des structures de domination en système d’émancipation et l’autre cherche juste à transformer une domination basée sur des critères économiques en une domination basée sur des critères économiques et raciaux), on fait toujours le jeu de l’extrême droite, qui ne fait appel qu’aux émotions…

Soyez-en conscients.

 

 

Sources
https://www.huffingtonpost.fr/catherine-morin-desailly/la-loi-anti-fake-news-est-pire-que-le-mal-quelle-pretend-combattre_a_23539927/
https://www.humanite.fr/cest-officiel-la-loi-anti-fake-news-ne-sert-rien-672698 
https://www.facebook.com/M.Mondialisation/videos/1313211372185551/  
Et le toujours très utile : https://www.hoaxbuster.com/

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.