Pourquoi le Plan Pauvreté est une nouvelle arnaque ?

Macron s’est toujours présenté comme un homme modéré, un centriste, inspiré par les modèles scandinaves et notamment le modèle danois, considéré comme « social-libéral »… Mais dans les faits, le côté social de Macron ne saute pas aux yeux. Pire, c’est de la poudre de perlimpinpin !

Êtes-vous bons en maths ?

Si oui, vous n’allez pas avoir de mal à suivre (ce ne sont que des multiplications et des divisions, j’espère ne pas avoir fait d’erreurs) et à comprendre comment son gouvernement libéral fait pour privatiser les profits et socialiser les pertes.

Le Plan Pauvreté, c’est censé être 8 milliards d’euros investis en plus par l’Etat sur 4 ans, soit 2 milliards par an. L’argent de l’Etat, c’est le nôtre, c’est donc nous tous, collectivement, qui allons financer ce plan. Oui, oui, tous, car même les plus dominés* dans le processus productif participent, notamment à travers la TVA, l’impôt le plus injuste.
En France, on compte 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté.
Alors, à l’aide d’une simple division, on aboutit à quel résultat ?

Ce Plan Pauvreté équivaut à 250 euros par an et par personne dominée, soit 0,68 centimes par jour !

Très bien, on constate bien qu’une aide va être apportée aux plus modestes. Mais ne nous arrêtons pas là, et rappelons-nous de l’aide apportée aux plus aisés par Macron au début de son mandat.

La suppression de l’ISF – même s’il a été remplacé par un IFI bien moins exigeant fiscalement parlant – va entraîner une perte dans les caisses de l’Etat.
Même en étant très optimiste, imaginons que cette perte ne soit que de 12 milliards d’euros sur 4 ans, soit 3 milliards d’euros par an.
Imaginons que cette suppression profite à 1% de très très riches, soit 660 000 personnes…
Alors, à l’aide d’une simple division, on aboutit à quel résultat ?

Ce remplacement de l’ISF par l’IFI équivaut à 4545 euros par an récupéré par les dominants (dans le processus productif) au détriment de l’Etat et donc, potentiellement, des plus dominés. Soit 12,4 euros par jour !

Soit un coup de pouce apporté aux très très riches de France… 18 fois supérieur à celui apporté aux très très dominés, ceux qui sont en-dessous du seuil de pauvreté, soit en dessous de 1000 euros par mois.

Comment peut-on évoquer le mot « social » face à un tel constat, surtout quand l’on sait que les inégalités économiques ne font qu’augmenter depuis 40 ans ?
Comment peut-on évoquer le mot « social » quand on voit à quel point le gouvernement Macron maltraite la Sécurité Sociale, les hôpitaux, les écoles, bref, tous les services publics, qui constituent le principal rempart à l’extrême pauvreté.
Comment peut-on évoquer le mot « social » quand on voit à quel point ce sont toujours les mêmes, ceux qu’on appelle les assistés, les feignants (chômeurs, retraités, stigmatisés), qui sont pointés du doigt, et à qui on demande des efforts ?

Bilan : le Plan Pauvreté est un arbre qui cache une forêt.
Ce ne sont pas les dominés qui coûtent cher à la société, ce sont les riches, par leur refus de participer à la solidarité nationale (et plus encore par leur capacité à empêcher toute production d’un discours alternatif, mais ce n’est pas le sujet ici).
Sans suppression de l’ISF, on aurait pu faire un Plan Pauvreté 18 fois plus ambitieux, sans demander le moindre effort supplémentaire aux à qui que ce soit. Et imaginez si le Gouvernement décidait de s’attaquer enfin à la fraude fiscale, près de 100 milliards d’euros selon une enquête récente… Imaginez un peu, si on récupérait cette somme, fruit de notre travail, et qu’on l’utilisait, contre la pauvreté, la précarité dans les services publics (éducation, santé, transports), contre la catastrophe écologique, etc.

Imaginez un peu comme notre société retrouverait des couleurs

Nous sommes dans des parodies de solutions aux situations extrêmes et inacceptables que crée le capitalisme ultra-libéral.
Voilà ce qui permet de définir, sans hésitation ni erreur, Macron comme le Président des riches.

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter ! Ou encore vous abonner à la newsletter (NOUVEAU) !

 

*pour comprendre pourquoi j’ai préféré le terme de « dominés » au terme de « pauvres », je vous invite à regarder cette très bonne intervention de Bernard Friot sur le pouvoir des mots

 

Sources :
https://www.lci.fr/politique/cantines-a-1-eur-creches-revenu-universel-d-activite-les-principales-mesures-du-plan-pauvrete-presente-par-emmanuel-macron-2098229.html
https://www.challenges.fr/economie/fiscalite/impot-la-verite-sur-le-cout-de-la-suppression-de-l-isf_14281

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.