Parti Podemos : avantages et inconvénients de l’entrée en politique des Indignés espagnols

partido-x-indignes-espagnols-politique

Pour certains, c’est une grande et belle nouvelle ! Pour d’autres, c’est la déception qui domine. Mais les Indignados espagnols, grands instigateurs d’un exceptionnel mouvement de contestation mondiale né à Madrid en mai 2011 (le 15-M), vont faire leur entrée en politique. D’abord sous le nom du parti X (prononcez « équiss » en espagnol), maintenant sous le nom de Podemos (Nous pouvons) et avec comme slogan Democracia y punto (Démocratie, un point c’est tout), ces jeunes révoltés nourris à la justice sociale et à la démocratie directe vont tenter de faire changer les choses au sein des joutes aseptisées du débat politique, après avoir battu le pavé et s’être cassé la voix dans les rues !

Échec ou espoir ? Le débat mérite d’être posé. Car la grande force du mouvement des Indignés, c’était d’avoir toujours refusé d’entrer dans le débat politique traditionnel et d’être récupéré, pour rester coûte que coûte du côté du peuple, opprimé par les décisions obscures de technocrates en costumes cravates assénant des mesures d’austérité dont ils ne semblent pas mesurer la catastrophe sociale. Alors on a l’impression que la création de ce Podemos, c’est un aveu d’échec

Après avoir occupé les rues, les Indignés pour conquérir les urnes ?

Mais en même temps, on peut y voir l’espoir d’une véritable révolution citoyenne.  L’Espagne est dans le pétrin jusqu’au cou, et peut-être qu’en arrivant aux urnes, les Espagnols se souviendront de ces jeunes courageux qui n’ont jamais failli face à l’adversité, aidant les uns et les autres, en empêchant par exemple les autorités d’expulser untel de son logement, en distribuant de la nourriture aux autres. Une opportunité pour les influents Indignés espagnols. Face à eux, les arrangements entre amis d’une caste de politiciens qui tentent tant bien que mal de ne pas trop froisser l’Union Européenne, les banques et les agences de notation semblent peser bien peu.

Le choix parait vite fait. Surtout que lorsqu’on creuse un peu, le Parti Podemos espagnol des Indignés a de beaux restes hérités du mouvement originel lui-même : une organisation en petits groupes de travail – chacun dédié à un sujet précis -, une grosse ouverture aux amendements citoyens (dans le respect du principe de démocratie directe), un rejet massif des institutions bancaires et financières, la volonté de « faire sauter » tous les « professionnels de la politique », considérés comme corrompus…

Reste à voir si, dans l’éventualité incroyable ou nos jeunes Indignés soient élus, ils sauront – et pourront surtout – relever quelques défis dans un environnement hostile où tout le monde politique tentera de leur mettre des bâtons dans les roues, peu importe si les premiers à en pâtir, ce seront les plus modestes de la population… Pour le moment, ils se voient uniquement comme un parti d’opposition, mais les choses peuvent aller vite.

Espérons aussi que ce Parti X saura se structurer et surtout, que ses futurs leaders (car il y en aura forcément) résisteront aux appels du pied des gros partis dominants et à la tentation de structure pyramidale recréant des inégalités au cœur même du mouvement. Vamos, Indignados ! Allons-y, Indignés (même si on ne sait pas encore où…) !

Le site du Parti X espagnol : http://partidox.org/

Photo : © DR

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*