Non à l’exploitation du gaz de Schiste, this is « bull-schiste » !

enigma 1

On en parle, à droite à gauche… L’exploitation du gaz de Schiste progresse dans les esprits, c’est une réalité. En France, elle est encore interdite, mais ce n’est pas le cas partout, loin de là.

Les États-Unis, toujours prompts à partir d’ouest en est défendre la veuve et l’orphelin (en échange des ressources naturelles du pays « secouru »), va peut-être réfréner un peu ses élans de conquérant (bourreau ?). Le pays est désormais auto-suffisant en matières énergétiques, grâce à l’exploitation… du fameux gaz de schiste.

Plus récemment, le Royaume-Uni via son premier Ministre David Cameron a annoncé des avantages fiscaux pour les communes qui accepteront des projets d’exploitation de cette énergie. Total (qui a suivi GDF, déjà implanté outre-Manche) va devenir le premier exploitant de cette nouvelle ressource chez les Britanniques. Quelle fierté !

Et le 19 janvier dernier, suite à un gros lobby du Royaume-Uni (oui, encore), l’Union Européenne a annoncé qu’elle allait encadrer l’exploitation du gaz de schiste « a minima », arguant que les lois existantes étaient suffisantes…

Bon. Mais c’est quoi exactement ce gaz de Schiste ? En quoi son exploitation est-elle dangereuse pour l’écosystème ?

 


Petite présentation rapide du gaz de Schiste – Vidéo AFP

Contamination des nappes phréatiques à proximité des sites d’exploitation, émissions importantes de gaz carcinogènes (c’est-à-dire cancérogènes) dans l’air, on touche à des sujets plus qu’épineux avec cette exploitation. L’eau potable est loin d’être une ressource inépuisable, et elle est parfaitement indispensable à notre survie. Et on ne peut pas jouer avec la santé publique ni avec l’écologie.

De plus, le forage soulève bien d’autres problématiques. Il nécessite une grande consommation d’eau, une eau qui est ensuite non réutilisable car polluée. Sans oublier que la profondeur du forage entraîne la remontée à la surface de gaz « sales », polluants et provoquant un réchauffement climatique. Des études ont également démontré qu’il y avait un lien entre ces forages et l’augmentation du nombre de séismes

Lire aussi : Une artiste s’attaque à Intermarché pour protéger nos fonds marins

Bref, on perce notre pauvre Terre de mille trous, on la pille de tout ce qu’elle nous offre pourtant généreusement. Le capitalisme n’est pas un système voué au bien-être de tous sur le long terme mais à l’enrichissement de quelques-uns sur le court terme…

 

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

3 commentaires

  1. Critiquer le capitalisme est vain.

    Les gens s’en sont accoutumés et même si certain le regarde avec scepticisme, ils n’agiront jamais.

    Je pense que la meilleure chose à faire est de montrer l’exemple à petite échelle qu’un autre système est possible.

    Nous ne sommes malheureusement motivés que par le besoin.

    • Merci Tomi pour le com.

      Je suis plus que d’accord que la meilleure des choses est d’agir à son échelle, et de montrer que l’on peut faire aussi bien, et vivre aussi bien, sans la consommation à outrance et l’individualisme. Mais malgré tout, il faut continuer à faire passer le message sur cette mondialisation économique génocidaire, il y a encore tellement de gens qui n’ont pas vu le monde de l’autre côté de la matrice…
      Peace !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*