Mensonge : arrêtons d’appeler notre système une « démocratie » !

error_404_democracy_not_found Honnêtement, entre nous : est-ce que tu t’es déjà demandé ce qui différenciait notre fonctionnement politique, ici en France , appelé démocratie, avec la VRAIE démocratie, un mot qui vient du latin et qui signifie littéralement « la souveraineté du peuple » (demos = peuple et kratos = pouvoir/souveraineté) ?

Non, pas réellement. Enfin, tu te rends compte qu’il y a quelque chose qui cloche dans notre « démocratie », que tu n’as pas vraiment l’impression d’avoir un pouvoir, mais voilà, tout cela est bien compliqué, et tu préfères aller acheter une glace ou regarder une série (je te conseille celle-ci) !

Lire aussi : L’abstention, le problème de la démocratie ?

Eh bien je te propose qu’ensemble, on aille vers une solution. Il te suffit de lire cet article, et peut-être qu’à la fin, tous les deux, on pourra faire le constat suivant : non, nous ne sommes pas dans une démocratie, actuellement, en France. On essaie ? Allez !

Médias de masse et leurs élites brillantes, professeurs d’écoles et leurs manuels d’Histoire, l’épicier du coin, le collègue de travail : tout le monde vous le dira en comparant la France avec un obscur pays dirigé par un obscur dirigeant : « Nous, on a de la chance, on vit dans une démocratie ! » Ah bon ?

Si on se penche sur notre propre régime plutôt que d’aller scruter sans sympathie aucune celui du voisin, on se rendrait compte de ces erreurs que l’on fait à désigner notre régime en tant que démocratie alors qu’il n’en a rien :

• nous légitimons le régime injuste dans lequel nous vivons, puisque nous ne l’appelons pas par son vrai nom d’« oligarchie ploutocratique » (où un petit nombre de personnes possèdent le pouvoir et où les riches sont surreprésentés), lequel susciterait bien davantage la révolte ;
• nous nous privons de la possibilité de désirer une « démocratie », puisque nous sommes déjà censés l’expérimenter — nous nous retrouvons dans le meilleur des cas à réclamer des « réformes démocratiques » et à débattre sur des sujets comme « l’introduction d’une dose de proportionnelle aux législatives » ;
• nous nous obligeons à mettre nos critiques du régime actuel sur le dos de la « démocratie », et ce faisant nous salissons un terme qui pourtant désigne un régime bien plus enviable que ce que nous connaissons.*

Étymologiquement donc, nous serions plutôt dans une « oligarchie ploutocratie ». Dans la Constitution, dans toutes les Constitutions du monde, les textes programment l’impuissance du peuple face à des puissants qui se garantissent tous les droits, même les abus de pouvoir.

On le voit bien, que nous n’avons aucun pouvoir. L’un des rares principes de démocratie directe de notre système s’appelle le référendum. Il est très rarement utilisé, et même lorsqu’on nous demande de notre avis avec, on ne nous écoute pas (exemple : le référendum de 2005 sur l’Union Européenne). En tant que peuple, on ne décide pas des lois, on ne décide pas des candidats, on ne décide pas du fonctionnement des institutions, on ne décide pas des limites du pouvoir de ceux à qui l’on donne notre confiance, et même trahis, on n’a aucun moyen pour se débarrasser des traîtres qui continuent leur « travail » sans inquiétude aucune…

Lire aussi : Remaniement du gouvernement Hollande (PS) : des erreurs et des insultes

Lire aussi : Sarkozy is back : l’orchestration du retour d’un voyou

Bref, on nous demande de voter tous les 5 ans et puis, plus rien ! Est-ce une vie citoyenne ? J’aimerais demander au MEDEF et au Gouvernement : travailler un seul jour tous les 5 ans, est-ce une vie de travailleur ? Bien sûr que non, n’est-ce pas ?

Le génie de ce système, c’est sa domination des concepts. Les mots ont été renversés : nous ne sommes pas des citoyens mais des électeurs. Nous ne sommes pas en démocratie mais dans une oligarchie, une ploutocratie.

Lire aussi : Les mots nous manipulent : agissons pour une reconquête des concepts !

On a besoin de la vraie démocratie, mais comment le dire, puisque le mot est pris par son contraire ? Faisons la grève de ce mot DÉMOCRATIE. Et agissons, proposons nous-même nos lois, notre Constitution, et nos hommes de bonne volonté pour l’appliquer !

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

* lavraiedemocratie.fr

Sources : lavraiedemocratie.fr, le-message.org

3 commentaires

  1. Exactement ce que je pense !
    « Démocratie » ce mot est galvaudé et nous fait prendre des vessies pour des lanternes … Réveillez-vous bonnes gens et faites fonctionner vos neurones. Arrêtez de croire bêtement ce qu’on veut que vous croyiez. Non, nous ne sommes pas en démocratie car nos voix ne sont pas entendues et nos politiques nous mènent droit dans le mur ! Mais c’est très certainement le but recherché. Quoi de mieux en effet qu’une multitude de pauvres tout disposés à travailler de plus en plus et être payé de moins en moins afin de permettre à nos « élites » et grosses fortunes de s’enrichir toujours plus. Après l’Angleterre, l’Allemagne a ouvert la voie : salaire de misère et compagnie … Mais tout va très bien Madame la Marquise, l’économie allemande est florissante et presque pas de chômage ! Quel exploit(tation) !! Et ils font comment pour survivre les travailleurs pauvres ?? Mais on s’en fout Madame, puisqu’on vous dit que l’économie tourne bien. C’est le principal. S’il y en a quelques uns qui crèvent de faim, on va quand même pas en faire un fromage !
    Eh bien, c’est ce qui nous attends aussi à l’avenir, en France, en Belgique et ailleurs … Tout est fait actuellement pour détricoter tous nos acquis sociaux, ce pour quoi nos grands parents se sont battus EUX !! Oui il est grand temps d’ouvrir les yeux et d’arrêter de faire l’autruche comme si ce n’était qu’un mauvais moment à passer. ILS ne s’arrêteront pas là. Notre mise en esclavage a déjà commencé et ce sont nos enfants et petits enfants qui vont trinquer. Ce système malsain et injuste ne peut pas continuer. Mais pour arrêter ça, il faudra se battre à nouveau: en avons nous la force, la motivation ? Actuellement, je ne vois que passivité et acceptation, hormis les agriculteurs qui défendent leur bifteck, pas la moindre petite révolte à l’horizon. Mais qu’est-ce qu’on attend bon sang pour montrer à ces ploutocrates qu’on existe et qu’on est pas d’accord avec leurs « solutions » ??
    Merci à vous, l’indigné du canapé de nous secouer le cocotier. Cela fait du bien…

    • Parfaitement d’accord avec votre analyse !
      Merci pour votre partage et espérons que plus on sera nombreux,
      plus on prendra conscience qu’on peut faire quelque chose, jusqu’à ce que ce quelque chose se passe !

      Dignement,

      L’I

  2. Tout est dit dans c derniers commentaires,que faire? Aucune solidarité,tous des moutons,on critique mais personne ne bouge,ras le bol de bosser comme d cons pour que se soit toujours les mêmes qui s’en mettent plein les fouilles.. Macron de mes couilles je t’emmerde,viens me prendre se que t prédécesseur m’ont déjà pris, j’ai pas peur de toi fils de pute,t’es qu’une calculette,on t’as façonner pour plumer ce pays depuis déjà d années,viens faire la manche avec moi moi et manger un jour sur 2..tu vas vite comprendre..t’as pas compris que t manipulé depuis le début pour plumer le pays? Par qui? Les US ou Poutine ? Ouvrez les yeux mes frères,sinon c nos gosses qui payerons la notes,de leurs vies sûrement car ils s’en foutent,ce qu’ils veulent c que du poignon.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*