BD Les Vieux Fourneaux : bulles anticapitalistes à faire péter partout !

vieux-fourneaux-heros-papy-anarchie

Voici la recette pétillante de la BD Les Vieux Fourneaux :

-Prendre trois vioques, trois vieux schnoks avec toute leur tête et les placer en tant que protagonistes de son histoire.
-Saupoudrez sur ces personnages une bonne dose de libertarisme épicé. Arrosez-les aussi d’un argot bien fleuri et de quelques secrets juteux.

-A part, préparez une jolie jeune femme enceinte qui n’est autre que la petite-fille de l’un deux.
-Pour la relever un peu, agrémentée-la avec des envies de comédienne et de savoureux brins altermondialistes…

La recette vous parait peut être un peu grosse, un peu lourde sur l’estomac ? Et pourtant, c’est un délice, vraiment. Une fois que vous aurez goûté aux Vieux Fourneaux, vous en redemanderez !

Et l’histoire dans tout ça ?

Ce premier tome nous invite à l’enterrement de Lucette, la compagne de l’un de nos trois petits vieux, Antoine. Ses deux vieux amis Pierrot et Mimile sont évidemment là : ce sont deux septuagénaires plein de ressources. Qu’on se le dise, tous les vieux ont été jeunes un jour et cachent des trésors de souvenirs, du plus glorieux au plus honteux…

A l’enterrement, on découvre aussi Sophie, la petite-fille de Lucette. Comme sa grand-mère, la jeune femme enceinte à un sacré tempérament.

Suite à la disparition de Lucette, Antoine apprend qu’elle a fricoté avec leur ancien patron commun. Ni une ni deux, il est prêt à commettre un crime passionnel post-mortem… Immédiatement, ses amis de toujours et sa petite-fille le prennent en chasse. Un road-trip que vous n’êtes pas près d’oublier !

vieux-fourneaux-monologue-politique

Le personnage le plus gratiné de ce premier tome est sans doute Pierrot. En suivant les pérégrinations de ce vieil anarchiste et de son club anarchiste de « presqu’aveugles », les « Ni yeux ni maitres », on se bidonne, on espère, on rit jaune aussi parfois. On apprend aussi à aimer la future maman, car ses préoccupations sont les plus proches des nôtres : et lorsqu’elle explose sur l’état délétère de ce monde que nous a laissé la vieille génération, on adhère !

La BD Les vieux fourneaux : à faire connaitre partout !

Ah ! si seulement les idées politiques pouvaient être contagieuses comme une bonne blague et les rires qu’elle provoque. Comme un bel air et tous ces gens qui le fredonnent.

Mais le monde des idées est moins soumis au sens qu’à la raison. Il demande qu’on s’y arrête, qu’on s’y penche, qu’on y contemple les reflets, les remous, les éclats et impuretés…

La prouesse de la BD Les vieux fourneaux, c’est de transmettre de vrais morceaux de réflexion politique et sociale au cœur d’une histoire tendre, drôle, presque légère au premier degré.

vieux-fourneaux-chambre-anarchiste

Tout le monde devrait lire cette bande dessinée. Car elle a des accents libertaires et universalistes, même si elle ne met en scène que des Français, blancs, intégrés (longue vie au système des retraites). Ces personnages sont simples, ils sont comme nous, ils ont des rêves, ils n’ont pas de haine dans le cœur, juste une rage saine mâtinée d’amour…

Ils sont bons et chauds comme des croissants. Miam !

Je me suis régalé avec le premier tome, puis avec le second. Vivement le 3e qui sortira fin 2015 !

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*