Le Hot Desking, dernier vice ultra-libéral pour dominer le salarié

Hot-desking-honte-france

Quoi, vous n’avez pas encore entendu parler du hot-desking ? Alors tant que vous êtes chez vous et que vous pouvez encore vous installer confortablement dans votre canapé pour lire cet article, je vous invite à prendre connaissance de cette pratique au plus vite !

Je vous explique : le hot-desking (hotdesking) est une technique managériale mise au point par nos chers penseurs capitalistes ultra-libéraux pour optimiser l’espace dans les bureaux, et par la même occasion, augmenter la productivité de leurs salariés.

Comment font-ils cela ? Tout simplement en les mettant dans des conditions de concurrence féroces ! Leur arme est simple : afin de faciliter la fluidité – disent-ils – les responsables arrêtent d’installer des postes de travail fixes (cela concerne surtout les entreprises où le télétravail peut fonctionner) et ils ne fournissent des postes de travail que pour 80% des effectifs. En gros, pour 10 salariés, ils n’installent que 8 postes de travail dans les bureaux…

La promesse, c’est de prôner plus de collaboration et de mobilité, mais en réalité, le patronat se dit que la peur d’être inutile fera de ses employés de véritables esclaves corvéables à souhaits. Honteux n’est-ce pas ?

Vous imaginez bien que dans le climat tendu actuel, où l’on nous parle de crise, d’austérité, de chômage, d’efforts à fournir etc., les employés veulent faire du mieux qu’ils peuvent, prouver qu’ils sont valables, efficaces, combatifs.

Lire aussi : Loi Florange : le jour où le droit de travailler est devenu moins constitutionnel

Alors souvent, plutôt que de s’unir et de se dresser face à la hiérarchie et cette mise en concurrence inadmissible, c’est un autre phénomène que l’on observe : les salariés arrivent à l’aube pour être sûrs d’avoir une place, partent de plus en plus tard, et surtout, ne font (presque) plus de pauses dans la journée. Et les deux hors-jeu du jour – confinés aux tâches ingrates, administratives par exemple – font en sorte de ne pas être hors-jeu le lendemain. Ou bien ils s’ingénient pour venir avec un ordinateur portable ou tout autre objet facilitant leur productivité. Et cette organisation là, c’est tout bénef pour l’entreprise !

Côté patronat, le hot-desking est une idée de génie, une manière économique et efficace d’augmenter sa productivité : mais du côté des salariés, les mots ne sont pas assez forts pour décrire les conditions de travail, que dis-je, les conditions de vie exécrables que ce modèle sous-tend.

Lire aussi : Et si les salariés devenaient leurs propres patrons ?

En France, le hot-desking est une pratique encore très peu répandue. Mais vous observerez peut-être ce genre de pratiques nauséabondes dans le Pôle Emploi près de chez vous (c’est le cas dans un des centres franciliens que j’ai fréquenté).

Tout récemment aux États-Unis – la mère patrie du hot-desking, vous vous en doutez – une étude d’un institut de psychologie révélait que le hot-desking pouvait être très dangereux pour la santé d’une entreprise car il mettait en péril la cohésion au sein des équipes de travail. Cela parait évident, non ?

Ultra-libéralisme agressif et bien-être ont rarement fait bon ménage : de quel côté vous situez-vous ?

 

Si le hot-desking vous révolte, n’hésitez pas à partager cet article ! Merci !

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

Un commentaire

  1. Bonjour ,
    je suis très intéressée par ce concept car j’ai entendu des rumeurs comme quoi on allait l’appliquer dans mon entreprise.
    pourriez vous me dire ou je peux trouver l’ étude de l’institut de psychologie révélait que le hot-desking pouvait être très dangereux pour la santé d’une entreprise .
    je vous remercie d’avance
    B.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.