Et si c’était le « tout scientifique » qui détruisait l’Humanité ?

billeter-esquisses

Une contribution signée « Léo, un indigné ». Cette contribution est plus précisément l’extrait d’un livre, Esquisses de Jean-François Billeter :


 

« Un nouveau processus s’est enclenché au début de l’âge moderne en Italie. Les marchands se sont mis à appliquer à leurs marchandises la science de la géométrie et de l’algèbre. Cette pratique a mené à l’idée que toute la réalité matérielle pouvait être mesurée et représentée par des figures et des nombres. Cette idée a provoqué un essor sans précédent des sciences de la nature et des arts mécaniques. La réalité semblait devenir totalement intelligible, mais c’était au prix d’une nouvelle scission au sein de l’activité humaine, car le langage mathématique relève exclusivement de la fonction. Il ignore les synthèses imaginaires qui donnent leur sens aux mots et qui naissent en nous par intégration d’éléments de notre expérience. Il exclut l’imagination, seule créatrice de sens, mais s’est imposé comme une rationalité supérieure à cause de sa rigueur, de ses développements infinis et de son efficacité pratique.

Cette rationalité nouvelle a rendu possible un renversement qui s’est produit en Angleterre, puis ailleurs en Europe. L’organisation du commerce était devenue si étendue et puissante qu’elle a imposé à la société sa propre logique, qui est celle du calcul, autrement dit de la pure fonction. Elle l’a imposée par une révolution que l’on dit industrielle mais qui fut surtout sociale. Les possédants ont créé par la violence une classe de dépossédés contraints de leur vendre leur travail contre un salaire au moyen duquel ils devaient ensuite acheter leurs moyens de subsistance. L’existence des dépossédés a été soumise au calcul des possédants dont l’existence s’est elle-même trouvée soumise au calcul. Tout devait être quantifié pour que tout fût soit acheté, soit vendu avec profit. Ce nouveau système, qui s’est ensuite étendu de l’Europe au monde entier, a créé un monde vide de sens – car la fonction ne crée pas de sens. Elle ne connaît pas d’autre fin que son fonctionnement. Toutes les tentatives qui ont été faites pour donner un sens à ce système vide de sens ont engendré des idéologies monstrueuses et provoqué des catastrophes. Tels ont été les XIXe et XX siècles.

Un nouveau pas a été franchi plus récemment. Par l’informatique et la communication instantanée à l’échelle de la planète, la fonction s’est automatisée. Elle entraîne désormais les possédants et leurs auxiliaires dans une course qu’ils ne maîtrisent plus, une course vers rien, une fuite dans le vide qui va s’accélérant. Devenue autonome, la fonction régit la finance laquelle régit la production, la circulation et la consommation des biens, et le fait au mépris des besoins de l’espèce humaine et des équilibre naturels qui ont rendu notre planète habitable. »

Extrait de Esquisses de Jean-François Billeter

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

Source photo : Gilbert Garcin

5 commentaires

  1. Mouais…
    Le point du gars, c’est « les abus du capitalisme, c’est parce qu’on a appris à compter » ?

    Sérieusement ?

    Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage, n’est-il pas ?

  2. L’espèce humaine, porteuse malgré elle de la terrible peste cognitive qui empêche les petits oiseaux de se bécoter à l’aise, doit être éradiquée. On commence par qui ?

  3. Et bien moi je trouve pertinente cette analyse, nous sommes passés des sciences humaines aux sciences appliquées au commerce, Nous avions des tarifs, la SNCF facturait au KM parcouru, nous sommes passés aux tarifs fluctuants comme à la bourse appliqués à tout. Les experts se contredisent, ils ne relèvent plus de l’analyse mais de l’opinion (la leur) Avoir du pognon atteste que l’on a raison. Le libéralisme (liberté mais pas pour tout le monde) est le fascisme version 02.

  4. le tout scientifique efface peu à peu seulement le tout religieux et la spiritualité, l’humanité quant-à elle s’autodétruit de jour en jour sans même s’en rendre compte…

  5. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ! La science en elle-même n’est pas mauvaise, mais elle s’est inféodée au fric, voilà tout son drame! Exemple les Labos pharmaceutiques qui nous empoisonnent, la médecine à plusieurs vitesses l’industrie de l’armement et ses armes mortifères, etc. etc. Le drame de l’humanité, c’est d’avoir mis son destin entre les mains de gens sans scrupules !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.