En dépit de la volonté des peuples, le Parlement Européen a dit oui… Au TAFTA !

stop-tafta-europe-oui-non

28 Pour. 13 Contre.

Le 28 mai 2015, l’Europe a commencé à dire oui au TAFTA. A 28 députés pour et 13 contre. Insidieusement. Le PS a plutôt dit oui, les Verts ont dit non. Le Pen n’était même pas là. Et très peu de médias ont relayé l’info, évidemment.

« C’est une déception majeure pour tous les observateurs de la société civile. Ce vote a d’ailleurs été salué comme une avancée par Business Europe, le lobby des plus grandes multinationales européennes », déplore sur son site internet l’association internationale de techniciens, experts et chercheurs (Aitec).

Socialistes, conservateurs et libéraux ont donc majoritairement donné leur aval pour la poursuite en Europe de ce projet qui soulève pourtant de nombreux levés de bouclier, notamment du côté des citoyens.

Lire sans faute : L’abominable TAFTA (GMT ? TTIP ?) pour les « nuls » !

Le pire, c’est que la fameuse question épineuse des Tribunaux d’Arbitrage, qui embêtait quand même un peu les députés européens, a été validé avec le reste, du coup.

Le groupe socialiste au Parlement « considérait jusqu’à maintenant (l’ISDS) inacceptable entre deux continents démocratiques munis de systèmes juridiques indépendants et performants ». Et pourtant… Il faut croire que les lobbies ont bien fait leur travail du côté de Bruxelles.

« Le TTIP (ou TAFTA) s’il est adopté garantira des conditions de commerce optimales dans toute la zone du monde dit « occidental ». Qui dit conditions de commerce optimales dit que tout État qui tentera de s’élever contre une décision d’une multinationale devra répondre de ses actes devant un Tribunal international indépendant (les fameux ISDS). Qui dit indépendant des États dit non démocratique. Ces tribunaux, au nom du sacro-saint commerce, donneront donc naturellement raison aux multinationales et à leurs velléités face au pouvoir des États de protéger leurs citoyens. »
L’indigné du Canapé

Par ailleurs, il faut souligner l’attitude de Marine Le Pen. Elle qui se dit contre l’Europe et anti-système mais à surtout prouvé sa capacité à se contredire : déjà parce qu’elle est élue européenne et touche une belle paie (bizarre pour quelqu’un qui critique l’Europe). Mais aussi parce qu’elle est payée à rien faire puisque hier, elle brillait par son absence sur un dossier très important où son vote « contre » aurait en effet été « anti-système ».

Difficile d’être aussi « anti » qu’on essaie de le faire croire, n’est-ce pas ?

Voici un petit avertissement adressé à tous ceux qui croient réellement aux mensonges de ce parti aussi opportuniste que ceux qui se sont toujours partagé le pouvoir.

La pauvre démocratie, impuissante contre l’oligarchie

Saviez-vous que déjà par deux fois, des pétitions ayant réuni plus d’un million de signatures ont été adressées à la Commission Européenne ?

Et que par deux fois, la Commission Européenne n’a même pas pris la peine de les considérer ? Où est passé la démocratie ?

Elle est assez loin : rappelons-nous des paroles de M. Juncker quand Syriza est arrivé à la tête des élections en Grèce :

 » Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens »

Lire aussi La Grèce seule face à l’Union, comme dans les pires films de science fiction

Merci beaucoup cher Président non élu ! Ce qu’on nous prouve en ce moment, c’est que la mobilisation consciente, active et volontaire de plus d’un million de personnes ne pèse pas aussi lourd que les décisions d’une poignée d’élusLa démocratie est en peine, pire, elle disparait !

Quel est l’important désormais ?

Continuons la mobilisation. Continuons le combat.

Le TAFTA est une menace réelle pour le droit des peuples, à tous les niveaux : politique, social, économique, écologique, sanitaire, éducatif…

Le TAFTA serait LE moyen légal pour les lobbies et autres groupes d’influence pour faire valider en Europe toutes les « saletés » qu’ils ont cherché à faire passer sans succès depuis une quinzaine d’années. Il est encore temps d’empêcher ce désastre et cette future tyrannie des multinationales sur les États et les peuples.

La mobilisation va devoir redoubler dans les assemblées, les réunions, les manifestations, les actions. Mais il va également falloir passer à la vitesse supérieure dans notre manière de voter. Malheureusement, la politique politicienne reste à ce jour le moyen le plus direct de changer les choses et on a désormais la preuve – une preuve de plus – que ni le FN, ni l’UMP, ni le PS n’ont la volonté d’aller de l’avant et d’écouter les idées progressistes du peuple.

Lire aussi : Les partis citoyens font une percée historique en Espagne !

Changeons !

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

Source : La Tribune, Mediapart

14 commentaires

  1. Le Nouvel Ordre Mondial est en marche….
    Vite, que les peuples puissent choisir des élus dignent de les représenter. Montrez-vous, soyez sur les prochaines listes électorales, présidentielles et autres…!!!
    S’il est encore possible de changer le système mis en place….
    La puissance de l’argent n’a plus de limite.

    • pour ma part un seul partis peut véritablement nous sauvez, c’est l’UPR de François Asselineau, faut vraiment que les gens aille voire ses conférences, il explique tous les problèmes et à même les solution après à voir . =)

  2. Haut les mains, voilà le TAFTA !
    http://youtu.be/uX7ZoHyH7BM

  3. non au Tafta ,au lobby ..
    honte au parlement européen pour ce vote ,
    Souhait et espoir vers un autre vote plus sensé et respectueux des citoyens

  4. Franchement, ce vote, ça vous surprend ?
    Honnêtement, le rejet par la Commission d’étudier l’ICE qui a réuni plus d’un million de signatures dans l’UE, ça vous surprend aussi ?

    Moi pas. C’est la Commission qui négocie le TAFTA. C’est elle aussi qui étudie la recevabilité des ICE. Elle n’allait quand même pas se tirer une balle dans le pied en l’acceptant, non ? Faut pas être naïf quand même !

    Raison pour laquelle je n’ai pas signé cette arnaque qu’est l’ICE, hochet agité devant les peuples pour faire « démocratique ». La citation de Juncker sur la démocratie et les traités veut tout dire.

    La seule façon de s’en sortir, c’est de sortir. Sortir de l’euro et de l’OTAN, faire sécession hors de l’UE, reprendre en main notre destin en récupérant notre souveraineté. Pour pouvoir ensuite mettre fin au néo-libéralisme et au facho-capitalisme qui nous assassinent.

  5.  » En dépit de la volonté des peuples, le parlement européen a…  » , il me semblait bien que nous avions dit « non » à la constitution européenne par référendum, donc par définition, tout ce qui se fait par l’UE est en dépit de la volonté des peuples…

    • Merci pour votre commentaire, c’est exactement ce que j’ai pensé en lisant le texte ci-dessus.
      Par définition, à l’heure actuel, les petitions d’un millions de signatures, de plusieurs pays européens (combien ??) n’ont aucune valeur juridique.
      Le plus triste étant, que les signataires des dites pétitions, ont certainement voté contre le Traité lors du référundum de 2005.

    • Merci de le préciser car c’était à peu près ce que j’étais en train de penser.. Ils sont passés en force avec le traité de Lisbonne, rien ne les arrêtera désormais alors qu’est ce qu’il en ont à foutre de l’avis des citoyens européens ? Et d’ailleurs, ça intéresse peu de gens malheureusement.

  6. Ils sont des géants aux jambes en mousses les lobbys! Il suffit de ne plus acheter les produits des multinationales pour qu’elles tombent. Nous sommes une force conso-actrice! C’est nous qui avons le pouvoir, le peuple! Inutile de compter sur la politique pour nous sauver ce n’est plus elle qui a le pouvoir mais bien l’argent! L’argent c’est NOUS qui le donnons aux multinationales aux travers des produits que nous décidons d’acheter.

  7. On s’apprête à modifier l’ordre de primauté dans la justice entre Etat et multinationales et la Justice ne dit rien !
    On s’apprête à modifier le droit des consommateurs et les organismes de défense des consommateurs ne disent rien !
    On s’apprête à modifier à modifier le droit social comme par exemple l’inversion de primauté du national vers le local (ou l’entreprise) et nous ne dirions rien !
    Il faut le dire, le chanter, le crier, le hurler si nécessaire
    « Non aux négociations secrètes de l’Union Européenne avant de dire non tout simplement à TAFTA comme je le souhaite intimement.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*