Désobéissance civile : exemples d’actions à mener au quotidien !

desobeissance-civile-coupable-democratie-liberte

Quand on regarde ce que l’on peut faire afin de rester intègre, fidèle à nos valeurs humaniste et de justice sociale, la désobéissance civile s’impose bien vite comme un outil nécessaire. Car quand la justice zigzague, celui qui reste impartial et conclue que les lois doivent toujours être respectées est complice. De la même manière que celui qui se déclare neutre en voyant combattre un lion avec une souris. Sa neutralité est un soutien pour le lion. Indiscutable. Imparable.

Qu’est-ce que la désobéissance civile ?

Si l’on devait synthétiser toutes les définitions qui ont été données sur la désobéissance civile, c’est une infraction consciente et intentionnelle, un acte public à vocation collective, pacifique. Son but : la modification de la règle ou de la loi qui est jugée injuste.

La désobéissance est presque l’unique moyen de souligner les travers de notre société, puisque celle-ci se dit moderne, démocratique, et que cela lui permet de tout légitimer. Et la rend presque inattaquable.

Afin de vous le prouver, listons quelques exemples d’actions tolérées, interdites ou hors-la-loi que l’on peut considérer comme de la désobéissance civile. La liste est non exhaustive, si vous avez des idées, n’hésitez pas à les mettre en commentaires, je les ajouterai avec plaisir !

La désobéissance civile a quelque chose de très attirant, mais c’est en fait une prise de position assez peu clinquante. Être désobéissant, ce n’est pas être une sorte de super héros. Ce sont des actes quotidiens presque anodins qui composent la désobéissance.

Liste d’actes de désobéissance civile

Boycotter les marques dont les actes sociaux économiques, écologiques sont inadmissibles (Monsanto par exemple, ou les produits israéliens produits sur les terres palestiniennes : Code barre commençant par 729), des lieux comme les grandes surfaces, ce sont des actes de désobéissance civile.

Refuser de mettre du détergent sur les produits encore consommables est un acte de désobéissance civile que font de nombreux employés de grandes surfaces (bravo à eux !). Plus généralement, le fait de refuser d’effectuer une tâche demandée par son patron car elle est contraire à son éthique est une formidable forme de prise de conscience et de résistance.

Aller piétiner des champs OGM, c’est aussi une forme de résistance par la désobéissance.

Aller soutenir des lieux autogérés (et souvent interdits) et rencontrer les personnes qui y vivent et dénoncent les logiques de propriété privées et les prix indécents des loyers, et le monde capitaliste en général est un acte de désobéissance civile.

Se rassembler pour empêcher l’expulsion d’une famille par des promoteurs inhumains toujours plus avides d’argent est un acte de désobéissance civile. C’est d’ailleurs à travers cet acte de résistance désintéressé – parmi d’autres – que les Indignés espagnols ont acquis une vraie légitimité auprès du grand public ibérique.

Avoir le réflexe de filmer des abus (policiers ou autres) pour faire pression sur eux et les empêcher d’aller plus loin est un acte de résistance.

Créer son propre média pour tenter de diffuser une autre information non formatée est également un moyen de rentrer en désobéissance.

La désobéissance, c’est l’action. Mettre en place une opération pour « spammer les soldes » afin de faire comprendre au plus grand monde l’arnaque généralisée qu’elles représentent, taguer de messages de rage ou de messages d’amour les milliards de panneaux de pubs qui nous gâchent la vue, détourner les caméras de surveillance qui nous scrutent et nous mettent mal à l’aise, c’est encore et toujours souligner avec force mais sans violence les aberrations de notre société dite libre, égalitaire, démocratique…

Continuer de manifester et de faire la grève quand l’État menace et interdit en faisant fi de la Constitution est un autre exemple de désobéissance citoyenne. On l’a vu encore tout récemment quand l’État a interdit la manifestation pour la paix en Palestine. Certains collectifs ayant appelé à manifester malgré tout, leurs leaders ont été identifiés et interpellés. Ce sont quasiment devenus des prisonniers politiques pour avoir voulu défendre un droit constitutionnel. L’étau se resserre…

Ne pas voter est un acte de désobéissance civile. Certes, le vote n’est pas un devoir mais un droit. Malgré tout, la pression populaire exige que l’on vote. Donc ne pas le faire, c’est faire un acte de désobéissance au système, surtout quand l’on considère que ce système de vote n’a rien de démocratique. « Faire l’amour tous les 5 ans, est-ce une vie sexuelle ? Alors voter tous les 5 ans, est-ce une démocratie ? »

Bientôt, on pourrait même y ajouter le fait de nourrir des SDF, de se syndiquer, d’avorter, etc. Bref, le monde tourne mal et nous prive peu à peu de nos libertés individuelles.

desobeir-trahir-obeir-servir

Ce sont quelques exemples au hasard, on peut en trouver bien d’autres pour réussir à être un maximum en phase avec ses idéaux même dans une société qui ne nous correspond pas. Car nous sommes des animaux sociaux et il faut bien vivre ensemble !

Au quotidien, planter les graines de l’idée de désobéissance civile dans les têtes de personnes qui n’ont même pas conscience qu’on est dans un monde totalement injuste et corrompu est un premier pas, un premier acte engagé, une vraie preuve de désobéissance civile… Peut-être le plus anodin, mais aussi le plus important !

Quand on regarde ces travers bien en face, on se rend compte des objectifs des lois. Ces lois ne sont pas faites pour nous mais contre nous. Pour nous énerver. Nous diviser. Le tout en nous rendant aveugle, afin que l’on ne se rende même pas compte de la supercherie. La démocratie a été détournée de son sens initial. Mais dire que l’on désobéit à une démocratie, cela peut rendre parano. Sauf que les vrais désobéissants ne sont pas à chercher dans ceux qui tentent de souligner les limites de notre justice sociale mais du côté de ceux qui maintiennent politiquement et légalement ces injustices !

Ouvrons les yeux. Désobéissons. C’est une question de survie !

 

Big Up de soutien à ceux qui luttent à Notre-Dame-des-Landes, à Greenpeace et à Sea Sheperd, aux Faucheurs Volontaires, au Droit au Logement (DAL), au Désobéissants, qui tous à leur manière pratiquent une sorte de résistance citoyenne au système injuste en place !

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

21 commentaires

  1. Totalement d’accord avec toi l’ami, sauf peut-être concernant le vote… Il est selon moi important de continuer à voter, même pour les « petits partis », ne serait-ce que pour qu’ils conservent une certaine visibilité dans notre monde politique (certes pourri). Et n’oublions pas que l’abstention nourrit le FN !

    • Hey Yaounde87 !
      Merci pour le com, surtout si tu es d’accord ! 😉
      Concernant le droit de vote, je te laisse quand même ce petit billet de côté,
      tu le liras et me diras ce que tu en penses : http://www.indigne-du-canape.com/labstention-le-probleme-de-la-democratie/

      L’ I

    • Il existe d’autres alternatives entre voter ou ne pas voter. Je pense au
      vote blanc qui signifie, je suis d’accord de me déplacer pour exprimer un suffrage mais je ne me reconnais pas dans la daube que l’on me sert dans l’isoloir.
      Encore faut-il que les votes blancs, qui sont véritablement l’expression d’une opinion politique, ne soient pas comptabilisés avec les votes nuls qui sont le fait d’autres opinions ou de citoyens incapables de voter valablement.
      C’est hélas le cas dans cette monarchie tardigrade que constitue le royaume de Belgique

  2. Je ne suis pas d’accord avec le fond de l’article. Ce genre de désobéissances ne vont pas changer grand chose.
    Votre exemple sur la manifestation pour la Palestine est de plus stupide, dans la mesure ou la manifestation a été interdite pour risque de trouble à l’ordre public, ce qui a été le cas. Ne pas confondre interdiction arbitraire et interdiction réfléchie. Par ailleurs, la manifestation d’aujourd’hui a été autorisée malgré les risques de troubles (qui auront forcément lieu vu que le sujet est brûlant pour beaucoup).
    Vous pensez être anticonformiste ? Vous faites pourtant ce que la plupart pratiquent déjà.

    • Bonjour Olivier.
      Le fond de l’article ? De dire que notre système dit « démocratique » est plutôt illégitime et qu’il est de notre devoir d’agir pour lui rappeler que les lois sont sensées être faites pour nous, cela ne correspond pas à vos idées ? Et pourtant !
      Que cela n’allait pas changer grand chose, j’en suis conscient et je le dis, c’est modeste, mais plus on sera nombreux, et plus cela aura un poids, car certaines de ces désobéissances sont économiques, et si on touche à l’argent, le système n’aime pas !
      Concernant les manifs interdites, c’est anti constitutionnel, et tout a prouvé que c’est lorsque l’on interdit que l’on fait monter l’injustice, et donc la violence.
      Je démens donc parfaitement votre argument, c’était une interdiction faite pour mette le feu aux poudres, et j’y étais : https://www.youtube.com/watch?v=YJDvICLWMl8

      L’ I

  3. Nourrir un SDF, un acte de désobéissance civile ? C’est malsain de dire ça, j’appelle ça faire preuve d’humanité

  4. Bonjour l ‘indigné,
    je pense que boycotter les banques et les services de carte bancaire seraient vraiment efficaces si beaucoup de monde le faisait vraiment…tout est fait pour que le peuple ne se serve plus d’argent liquide et les banques se gavent en commissions carte bleue…voilà une idée de plus pour désobéir au système.
    Merci

  5. Sur le principe, j’approuve totalement ce refus de se soumettre à cette société telle qu’on veut nous l’imposer… mais je pense que pour parvenir à cela, il faut agir autrement.

    Depuis quelques années, je m’intéresse à la nutrition et m’instruit de tout ce que je trouve sur le net. De cette première expérience, j’ai compris que pour avoir un bon apport en protéines, il n’était pas obligatoire de manger de la viande. Autre exemple : pour avoir les besoins nécessaire en calcium, il n’était pas non plus obligatoire de boire du lait.

    Je fais les courses toutes les semaines dans un des plus grand Carrefour de France (Villiers en bière) et je regarde régulièrement les emballages. Je ne regarde pas tout, mais m’arrête sur quelques uns, par exemple sur les gâteaux, puis la semaine d’après ça sera les boissons. Au début, ça prend un peu plus de temps, mais après ça ne prend que quelques minutes.

    Progressivement, j’ai commencé par retiré certains aliments ou en achetant ailleurs (au Bio-Coop près de chez moi qui propose des fruits et légumes dont certains proviennent de producteurs du coin).

    Aujourd’hui, j’arrive un peu plus à acheter des produits plus équilibrés, l’important selon moi n’étant pas forcément de bannir tous les aliments mais ne faire attention de ne pas avoir que cela.

    Il y a donc des produits que j’achète beaucoup moins (sucre blanc, produits non bios quand je sais que les produits bios sont de meilleurs qualités) voire plus du tout (sauce tomate toute prête).

    Le problème en suivant le principe de désobeissance telle que vous préconisez c’est que c’est beaucoup trop contraignant et personne ne réussi à jouer le jeu bien longtemps.

    Bref, il vaut mieux y aller doucement, sans trop brusquer les habitudes et vous verrez que petit à petit ça se fera tout seul.

    • Bonjour et merci pour ce message.

      Je suis d’accord avec votre méthode Marling. Évidemment qu’il faut trouver un premier biais pour se rendre compte de la violence et de l’injustice de société pour commencer, au quotidien, à son échelle, à changer les choses.
      J’ai moi commencé par lire de la politique pure et dure, et j’ai mis du temps à commencer à changer mes habitudes. Manger différemment, consommer différemment, discuter différemment, s’instruire différemment.
      Le boycott, la désobéissance civile, je ne pense pas que ce soient de mauvaises méthodes, je les trouve même assez complémentaires avec le reste personnellement !
      L’ I

  6. Holà l’ami …
    Tu es le comble de l’indignation… un indigné indigne, un indigné qui indigne, qui est indigne en tous points ! Un bourgeois de la fuite des responsabilités, un apparatchik du refus de tout ce qu’il est incapable de comprendre !!
    Un mec qui sans doute n’a rien construit dans sa vie, qui a du temps à perdre, et dont l’occupation principale consiste à parler pour ne rien dire et à s’offusquer de tout !!!
    Mais qui connaît la réalité de tes probables bassesses ?
    Toi qui refuses tout, toucherais-tu par hasard les allocations familiales, le chômage (sans doute de longue durée dans ton cas), l’APL, ou quelques autres profits collectifs en sus ?
    Y a-t-il un terme technique pour décrire et répertorier ta maladie mentale qui semble incurable à l’analyse des symptômes que tu exposes ?
    Il y a des lieux, comme ton blog, où la sottise atteint des limites presque artistiques… Et lorsque, après une longue journée d’obligations capitalistiques permettant aux enfants d’avoir un peu de substances dans leurs écuelles, je te lis, je retrouve le sourire, en constatant à quel point il y a encore bien plus con que moi…
    Tu pourrais faire l’objet d’un roman de fiction dont le but serait d’allier la moquerie à l’invraisemblance, et l’utopie à l’inculture.
    Continue comme ça, car dans cette rude crise nous avons besoin d’un peu de rires, et de sots comme toi.
    Bien à toi.
    Ahmed

    • Bonjour et merci pour ce commentaire salé !

      Alors je serais un bourgeois, un appararatchik, un mec qui n’a rien construit de sa vie, un homme bas, un sot, un chômeur qui touche des allocations familiales, un malade mental, tout cela en même temps ? Mais que suis-je d’autre ? Mangeur d’enfant, politicien véreux, mafieux, vendeur de drogue, proxénète, TERRORISTE ?

      Et pourquoi serais-je tout cela au juste, j’ai peine à le comprendre ? Parce que que je ne pense pas que cette société va bien, parce que je l’accuse d’être profondément inégalitaire et de permettra à certains de profiter de la faiblesse (économique, politique, morale, sociale, mentale) des autres pour s’enrichir d’une manière encore plus indécente qu’à l’époque des rois ?
      C’est une réalité, libre à vous de le voir ou non…
      « Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. »

      Sachez Monsieur, que je ne suis représenté par aucun mot que vous avez écrit, sauf peut-être sur le côté clown, car je suis ravi d’arriver à faire rire (même à mes dépens) grâce à mes pauvres mots, que j’écris dans le temps libre que me laisse mes « obligations capitalistiques » au salaire dérisoire.
      Comme beaucoup de gens, j’ai des utopies, j’ai des idées concrètes, d’autres sont et font comme moi, nous les partageons, nous prouvons qu’un autre monde est possible (d’ailleurs je vous exhorte à écrire des commentaires sur ce que j’écris, et non des mensonges sur ce que vous croyez que je suis).

      Alors, à votre style qui est finalement bien plus insultant pour vous que pour moi, je ne répondrai que cela :
      « La tolérance ne devrait être qu’un état passager ; elle doit (impérativement) conduire à la reconnaissance. Tolérer, c’est insulter. »

      Dignement,
      L’Indigné du Canapé

    • Bonjour Ahmed, je travaille moi-même dans une banque et je pense comme l’indigné du canapé. J’ai envie de te répondre que tu es endormi et que tu ne vois pas le système tel qu’il est, qu’il existe des gens qui ouvrent les yeux : je fais moi-même parti du coeur du système pour te dire qu’il n’est pas propre, et même sale & hypocrite.
      J’ai aussi envie de dire que quand tu as travaillé dur pour arriver à une bonne place (bien payée) dans la société (comme c’est le cas pour moi), le cerveau humain a toujours du mal à se défaire en quoi il avait toujours cru. Le cerveau humain a toujours du mal à se défaire du propre système que la personne elle-même protégeait corps et âme de par le passé :/

  7. FAUTE ET DESOBEISSANCE

    Il est injuste de sanctionner la désobéissance au même titre qu’une faute.

    Je ne parle pas de la désobéissance liée à l’éducation, comme celle, qui par devoir doit (devrait ?) être inculquée par les parents aux enfants. Non. Il s’agit de la désobéissance, d’un adulte libre de ses choix, face à certaines coercitions absurdes ou injustes.

    En effet sanctionner la désobéissance, c’est tout d’abord s’arroger un droit de justice totalement arbitraire et par conséquent c’est un abus de pouvoir. Désobéir, c’est ne pas observer les règles des puissants, règles instaurées, justement par ces derniers afin d’asseoir toujours davantage leur pouvoir ou (et) privilégier le business de leurs “amis”. Leur leitmotiv est toujours le même, la peur de l’autre, le bien de tous…

    La désobéissance, c’est la contestation, la non reconnaissance ou non acceptation d’une règle, instaurée par un pouvoir répressif, sans la nuisance à autrui. La faute, elle, c’est le non respect d’une règle qui débouche sur la nuisance à autrui.

    Des exemples ? Les permis de construire (chacun d’entre nous a au moins un fait à raconter sur le sujet), les assurances (lorsqu’elles sont obligatoires), les banques (faites un chèque de plus de 10.000 euros et votre banquier a obligation de vous demander à quel achat est liée cette dépense, et vous d’y répondre), etc, etc, et je ne vous parlerai pas des horodateurs, ils mériteraient un sujet à eux seuls… Mais attention ! certains agissements ou comportements nécessitent des règles et d’autres simplement, éventuellement, des conseils.

    Un dernier exemple dans le détail. Ne pas mettre sa ceinture de sécurité ou ne pas porter son casque, c’est désobéir ; être sanctionné pour cela est un abus de pouvoir et une injustice. En effet, en quoi mettez-vous la vie d’autrui en danger ? En revanche, refuser une priorité, c’est une faute, qui doit être justement sanctionnée.

    La désobéissance, c’est l’expression de la liberté liée au libre arbitre dont dispose chaque individu, à la condition que cette désobéissance ne nuise en aucun cas à autrui, sauf au pouvoir de l’autorité d’autrui bien sûr. La faute, c’est une prise de liberté inconsidérée.

    La désobéissance c’est un choix, la désobéissance c’est un droit au même titre qu’une opinion.

  8. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous . Si vous ne portez pas votre ceinture de sécurité, vous avez un accident de la route et restez en vie paraplégique. Pour l’état, vous devenez dépendant et serez de fait à la charge de la État. Vous couterez de l’argent et ne serez plus rentable, d’où cette obligation de porter la ceinture. L’argent ! Toujours l’argent, n’oubliez pas que l’école est certes gratuite et obligatoire mais en contre partie on vous demande d’être rentable, de bien vous tenir et de ne pas attenter à vos jours d’aucune façon. Essayez de vous suicider vous verrez si vous êtes libre !

  9. Bonjour,

    Bien que je ne sois pas d’accord avec tous les points que vous abordez pour des raisons d’opinions divergentes.
    Je suis d’accord sur le fond de la désobéissance civile. Dans notre paysage juridique, trop de lois sont liberticides et sont parfois voire souvent arbitraires. En particulier, celles qui sont une privation flagrante de liberté et dont la liberté ne causerait aucun trouble à l’ordre public.

    Je pense notamment au décret sur les vitres teintées.
    Et si on veut en ajouter :, boycotter les tv , journaux et radios du paysage classique en essayant de s’informer ailleurs. Elles formatent les auditeurs, lecteurs au diktat de la pensée unique.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*