Comment créer la résignation et la docilité dans une société ?

humain-esclave-docilite

La psychologie sociale est un outil fascinant qui est malheureusement utilisé à mauvais escient par les puissants…

Saviez-vous qu’il suffisait de lire un magazine féminin pendant 15 minutes pour voir son estime de soi baisser de 30% ? On le sait, la société de consommation est une drogue douce, qui vend un rêve inaccessible au goût de poison. Frustration.

Lire aussi : Ne pas accepter la violence, le sexisme et la sexualisation de la pub

Pour réussir ce tour de force (ce n’est pas si facile de faire aimer le poison à des personnes de tous horizons, de toutes cultures etc.), il faut convaincre le futur empoisonné que sa vie sans poison ne vaut rien. Il faut inculquer la frustration, et à terme, la résignation.

Pour comprendre comment la résignation peut être inculquée à une population, la psychologue Charisse Nixon propose une expérience dans sa classe. Et prouve qu’en 5 minutes, on peut provoquer l’impuissance et la résignation à travers la frustration et la peur de l’échec. Saisissant.

Qu’apprend-on de cette expérience ? On découvre que dans des états d’angoisse et de frustration permanents, les êtres humains ont tendance à perdre leur confiance en eux. Ils abandonnent peu à peu leur envie de réussir et abandonnent, même face aux petites difficultés. L’individu devient résigné, pessimiste, il est convaincu qu’il n’est capable de rien : ça y est, il est devenu facilement manipulable.

Si vous voulez en savoir plus sur « l’impuissance apprise », je vous propose de découvrir l’expérience de Martin Seligman 

Désormais, replaçons cette expérience dans le cadre social général. A qui peut servir ce genre d’études à part à ceux qui sont à la tête de la pyramide sociale. La puissance des médias et de la publicité sert dans ce cas de relais pour diffuser assez largement à la population ceci : vous n’avez pas une vie assez intelligente, vous n’achetez pas les bonnes marques, votre voiture est nulle, votre téléphone aussi, vous avez trop de cellulite, vous ne savez pas voter, vous vous habillez mal, etc.

depression-ou-impuissance-apprise

Lire aussi : Et dans l’esprit, une prison nommée « société de consommation»…

Le pire, c’est que tant que vous ne vous rendez pas compte de la supercherie, vous avez vraiment l’impression que vous ne valez rien et qu’il vous faut le dernier iPhone, les dernières baskets à la mode mais aussi aller faire du sport, etc pour être vu comme un symbole de réussite. Vous ne remarquerez même pas que ceux qui vous vendent des solutions sont aussi ceux qui ont créé le problème. Tant qu’ils tiennent la population dans cet état de tristesse frustrée, ils peuvent lui faire accepter n’importe quel méfait, n’importe quelle injustice, n’importe quelle loi. La force de se battre est annihilée.

La vraie solution consiste alors à bien identifier les mécanismes qui vous frustrent, vous attristent, et de ne pas sombrer corps et âme dans cette société de consommation qui n’est qu’un éternel cycle de frustration. Quand vous comprenez cela, vous n’êtes plus angoissé, vous êtes positif, vous êtes vous, vous n’êtes plus manipulable.

Vous sortez de la matrice, vous devenez dangereux. Bienvenue.

 

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

Source : ilfattoquotidiano.fr

Un commentaire

  1. On ne peut parier á ça qu’en étant très cultivé et instruit. Plus important encore, cette instruction doit se faire en dehors de l’école classique moderne. Par exemple: l’école classique moderne de l’impérialisme (ce modéle de développement destructif) ne t’apprendra jamais pendant ta scolarisation, de la maternelle á l’université, comment elle utilise ses médias pour soumettre le monde (et même créer comme dans cet article la résignation et la docilité) et le dominer. elle ne t’apprendra jamais comment lire entre les mots et actions tels(telles) que « Démocratie », « Droit de l’homme », « Mondialisation », « Terrorisme » etc. Pire encore certaines idéologies se servent (ou se sont servis) de cette psychologie sociale, par exemple le procureur du tribunal de Nuremberg en 1946 déclarait « L’utilisation par les conspirateurs nazis de la guerre psychologique est bien connue. Avant chaque attaque majeure, á l’exception de celles reposant sur la rapidité d’action, ils démarraient une campagne de presse destinée á abaisser leurs victimes et á préparer psychologiquement le peuple á l’attaque…Dans le système de propagande de l’Etat hitlérien, les armes les plus importantes furent la presse quotidienne et la radio », on ajouterai sans aucun doute aujourd’hui l’internet. Un des fondateurs de la stratégie impérialiste déclarait également « …la démocratie n’est pas l’amie de la mobilisation impériale ». Le danger de ce monde aujourd’hui est que, ceux qui ont crée le problème se servent de plus en plus d’autres outils autant dévastateurs, par exemple des discours et paroles. Connaissant par exemple la situation du peuple ukrainien qui s’est vu du jour au lendemain destitué de son président démocratiquement élu pour se confronter á un pouvoir qui comprenait quelques nazis, en quoi l’Anschluss de l’Autriche en 1938 ou l’occupation des sudétes sont-elles différentes des propos du genre « Les Ukrainiens/Ukrainiennes doivent décider eux-mêmes de leur sort » (surtout qu’ils sont tenus par ces mêmes qui ont crée le problème) ou du genre « Je crois en l’exceptionalisme français/espagnol/londonien/américain/allemand etc de toutes les fibres de mon être » ?. C’est vrai, la vraie solution consiste á bien identifier les mécanismes, des paroles aux actions en passant par les médias, la publicité, internet etc etc etc.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.