L'Indigné du Canapé

C’est l’été et il pleut… Des bombes sur Gaza !

gaza palestine israel imagine

 

EDIT : Après une semaine de conflit, les victimes ont presque doublé côté palestinien. On dénombre 190 morts, au bas mot, dont une grande partie de civils (80% selon l’ONU) ainsi que 1 300 blessés. L’armée israélienne a même démarré une offensive terrestre. Inacceptable quand on sait que les roquettes du Hamas – mouvement condamnable par ailleurs – ne font presque pas de dégâts.

En France, une grande manifestation de soutien à la Palestine a eu lieu, et espérons la dernière. Cela voudrait dire que le conflit aura vite cessé. Au cours de ce rassemblement ayant mobilisé entre 10 et 20 000 personnes, des affrontements marginaux ont eu lieu entre des jeunes extrémistes de la LDJ (Ligue de Défense Juive) et de jeunes extrémistes venus à la manifestation pour en découdre. 

Le souci, c’est que les médias ont comme à leur habitude repris les mauvaises sources. Ils se sont laissés influencer par les mêmes voix. Et le refrain de l’antisémitisme est reparti de plus belle… Mais ne nous laissons pas berner. Cette manifestation de soutien à la Palestine était pour la paix malgré quelques slogans ratés. Soutenons la paix et la justice, coûte que coûte, lors d’éventuelles futures manifestations.

Et Messieurs les journalistes des médias mainstream, ne mettez pas de l’huile sur le feu, faites simplement votre travail, non pas au travers des communiqués de presse mais sur le terrain et auprès des témoins. Merci.

———–

C’est l’été et il pleut… Les gens râlent, se sentent trahis par ce temps clément qui n’est pas au rendez-vous. Nous sommes des animaux, et nous restons influencés par le temps qu’il fait au-dessus de nos têtes. La tristesse a peut-être la forme d’une goutte de pluie.

C’est l’été et il pleut… Le Brésil a subi une défaite historique lors de sa Coupe du Monde 2014 face à une équipe d’Allemagne talentueuse (1-7). Le peuple semble abattu dans le stade, il renifle, il grimace et hurle… Ailleurs au Brésil, les « Indigènes » se font expulser, les habitants des bidonvilles aussi, les victimes existent, mais personne ne les pleure, car les médias n’en parlent pas.

C’est l’été et il pleut… Des bombes sur Gaza ! Plus de 100 morts, plus de 700 blessés. En seulement 4 jours, les Palestiniens ont pleuré des larmes diluviennes pour regretter leurs disparus. Beaucoup de femmes et d’enfants dans les victimes.

Dans les journaux, partout, on nous fait croire à une véritable guerre entre Israël et la Palestine ! On parle « d’escalade meurtrière », d’un « conflit qui s’envenime »… Mensonge, le combat est à sens unique. Les victimes sont presque toutes dans le même camp (de concentration).

En réalité, c’est bien une armée, celle de l’État d’Israël, qui s’attaque à des civils sans terre, les Palestiniens, dont quelques-uns se sont armés et organisés pour résister. Un lent et minutieux apartheid doublé de l’annihilation planifiée d’un peuple ? Tout cela y ressemble fort en tout cas.

terres palestiniennes israel
Comme le dit fort à propos le « Communiqué de l’Union juive française pour la paix », « il n’y a aucune symétrie possible entre l’occupant et l’occupé, entre un régime colonial et un peuple qui a le droit de résister. » Contextuellement, ce nouveau cycle de violences fait suite à la mort – inexcusable – de 3 jeunes Israéliens. Mais la réponse est sans commune mesure. Et tout aussi inexcusable.

Le communiqué de l’UJFP, toujours :

« Pour la seule journée du 8 juillet, il y a eu plus de 220 raids israéliens. 28 Palestiniens sont morts (dont trois enfants et deux femmes) à la suite des bombardements aériens et par mer. Ils n’auront droit à aucune compassion de François Hollande. Pour « justifier » ces exécutions extrajudiciaires, l’occupant israélien qualifie à l’avance les victimes de « terroristes » ou de « membres du Hamas ». Depuis le début du blocus de Gaza, si l’on enlève les 1400 morts de « Plomb Durci » (2008-2009) et les 160 morts de « Piliers de la défense » (novembre 2012), près de 700 civils palestiniens ont été exécutés par des tirs aériens à Gaza. » « Que signifie cette offensive générale, cette « punition collective » formellement interdite par le droit international ? Pourquoi ces bombardements massifs, ces arrestations de plusieurs centaines de personnes, dont des élus et des prisonniers récemment libérés, ce bouclage de toute la Palestine ? »

Les États se taisent, ou pire, soutiennent Israël ouvertement. La France « condamne fermement » les tirs de roquettes du Hamas et explique qu’il « appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces ».

DefendingOurselves

Quand on sait que les Palestiniens envoient quelques tirs de roquettes artisanales qui soit, s’écrasent là où ils ne font aucune victime, soit sont arrêtés par le « Dôme de fer » (protection militaire ultra sophistiquée protégeant Israël), on se demande de quelles menaces le gouvernement parle. Côté israélien, on dénombre près de 1000 tirs en quelques jours. Aucune protection côté palestinien et des dizaines de victimes. Alors, qui doit-on soutenir ?

Puisque les États se taisent ou nous trompent, nous pouvons agir en tant que citoyens, grâce au boycott ! Ce n’est pas grand chose, mais c’est déjà énorme :

A LIRE : L’appel au boycott : un acte politique non-violent devenu acte de désobéissance civile

Nous apportons également notre soutien sincère et notre plus grand respect à tous les Israéliens qui se désolidarisent de la politique de leur gouvernement génocidaire. Bravo et merci. Félicitations également à ces milliers de personnes qui ont manifesté à travers le monde pour soutenir la Palestine : Mexique, USA, Afrique du Sud, Maroc, Grèce, France, Italie, Allemagne… Bravo et merci.

 

L’Indigné du Canapé

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restons en contact

L'Indigné est aussi présent sur Facebook, Twitter, Instagram... Créons du lien.