Boycotter Monsanto, une question de bon sens sanitaire et citoyen !

produits_monsanto_1

Monsanto n’a pas besoin d’attaché de presse pour se faire présenter. La firme agro-chimique est depuis 10 ans la cible numéro un de tous ceux qui se battent contre les pesticides, les OGM, la mondialisation agricole injuste, les enquêtes sanitaires caduques… Pourquoi ?

Car Monsanto représente un tiers du marché mondial de semences et les scandales que la société traîne derrière elle ne se comptent plus.

C’est Monsanto qui a mis au point les premières générations d’insecticides (cancérigènes) qui ont provoqué des malformations et des scandales sanitaires incroyables (et passés sous silence) aux États-Unis. C’est avec leurs mélanges toxiques qu’a été inventé l’Agent Orange, qui a servi à l’armée américaine au Vietnam et provoqué un autre désastre humain…

Monsanto a trempé dans le nucléaire, l’aspartame, le polyester, la dioxine, les OGM, les hormones de croissance, les herbicides (Lasso et Roundup)…

C’est Monsanto qui a créé le RoundUp, insecticide qui rend la plante accroc, et par conséquent les paysans dépendants (en leur faisant d’abord croire que leurs produits sont moins chers avant d’augmenter les prix de manière exponentielle, entraînant des vagues de suicides incroyables dans certains pays, comme l’Inde). C’est aussi cette entreprise qui décide quelles semences peuvent être utilisées dans le monde ou pas, mettant des millions de paysans et d’agriculteurs dans une situation insoutenable. C’est ce que l’on appelle le « brevetage du vivant » et c’est l’une des plus grandes catastrophes de notre monde capitaliste actuel

Monsanto-et-les-graines-dans-le-ventLire aussi : Vive le soleil, la nature et les alternatives aux pesticides !

Mais en plus, cette firme est la reine du lobbying. Grâce à ses puissances économiques incomparables et ses appuis politiques et scientifiques, elle finance les recherches, modifie les résultats, interdit la sortie de certains papiers à charges, bref, fait la pluie et le beau temps. C’est pourquoi les études (sur les OGM notamment) doivent être prises avec des pincettes.

Encore mieux que de faire attention aux études : boycotter les produits Monsanto, qui sont eux à coup sûr chargés de ces organismes génétiquement modifiés dont on ne connaît pas encore les effets indésirables. Car si l’Union Européenne n’a pas encore autorisé l’agriculture d’OGM en Europe, la plupart des produits de consommation disponibles dans les grandes surfaces en sont déjà gavés !

Voici donc une liste de multinationales et de produits qui contiennent des OGM Monsanto dénichée sur le site Biolaune. Désolé, mais vous les connaissez (presque) tous et en utilisez certainement plusieurs… Le boycott, ce n’est pas la facilité.

Parmi ces multinationales à éviter, on retrouve les sociétés Kraft Philipp Moris, Unilever, General Mills, Coca-Cola, Pepsico ou encore Procter & Gamble… R.I.P.

Boissons

Les boissons de la marque Coca-Cola : Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid…
Les jus de fruits Capri-Sun et Tropicana.
Les boissons Ocean Spray, les sodas Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes ou les boissons énergisantes Gatorade.
Les thés Lipton et les cafés Maxwell.
Le lait Gloria de la firme Nestlé

Produits sucrés

Les chocolats Poulain, Lindt, Côte d’Or, Dam, Milka, Suchard et Toblerone.
Les biscuits Lu, Oreo, Cadbury et les cookies Pepperidge Farm.
Les produits Brossard ou Savane.
Les bonbons Carambar, Krema et La Vosgienne.
Les chewing-gums Hollywood ou Malabar.
Les barres de chocolat Bounty.
Les glaces Häagen Dazs, Miko et Ben & Jerry’s.
Les céréales Kellogg’s, parmi lesquelles Special K, Trésor, Miel Pop’s, Frosties ou encore All Bran.
Les yaourts Yoplait.

Produits salés

Les chips Lay’s, Pringles et Doritos.
Les biscuits apéritif Benenuts et Bahlsen.
Les spécialités fromagères Philadelphia.
Les plats préparés Marie, Findus, Tipiak.
Les pains Jacquet.
Les soupes et bouillons Liebig, Knorr, Royaco, Alvale.
Les préparations mexicaines Old El Paso.
Les sauces Heinz, Amora, Benedicta.
Les produits Uncle Ben’s.

Hygiène et entretien

Les couches pour bébé Pampers.
Les protections féminines de la marque Always.
Les gels douche, shampoings et déodorants Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona ou Timotei.
Les dentifrices Signal.
Les produits nettoyants Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline et Sun.
Ou encore les désodorisants Febreze…

Effrayant n’est-ce pas ?

Cette longue liste, loin d’être exhaustive et qui ne concerne que les produits présents sur le marché français, permet de se donner une idée du nombre d’articles de consommation courante dans lesquels on peut retrouver des produits Monsanto, afin de faire le tri dans sa consommation.

Celui qui ignore n’est pas forcément innocent, mais celui qui sait et qui ne fait rien est forcément coupable. Maintenant, on sait ! Et même s’il n’est pas facile de changer ses habitudes, c’est le seul moyen d’être un minimum fidèle à ses convictions…

Essayons, boycottons Monsanto !

 

Pour plus de visibilité sur les produits avec ou sans OGM Monsanto, découvrez le tableau du site Greenpeace, Le Guetteur.

Lire aussi sur Le Monde : Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires

Vous pouvez aussi suivre les réflexions de L’Indigné du Canapé sur Facebook et Twitter !

19 commentaires

  1. Ohlala… Oui comme tu dis, ce n’est pas choisir la facilité…
    Et comment savoir si Monsanto est derrière les marques de distributeurs ? (genre Auchan) Parce que finalement c’est plutôt ces produits là que j’utilise.

    Merci pour l’article en tout cas ! On voit bien qu’ils sont présents sur un grand nombre de produits incontournables… Malheureusement…

    • Yo Eva !

      J’ai ajouté au bas de l’article le guide des produits avec et sans OGM de GreenPeace ! Je ne sais pas si cela répondra exactement à ta question (très intéressante) mais ça vaut le coup de se pencher sur la question !

      Merci !

      L’ I

    • si c’est facile de choisir il faut acheter locale et directe au producteur on a tous a y gagné consommateur et producteur ( paysan )

      • Merci rozé pour ce com !
        Vous avez raison ! Ce que je voulais dire, c’est que ce n’est pas évident de changer ses habitudes du jour au lendemain.
        Mais c’est la seule solution, se mettre au local, bio de préférence, voir se mettre à cultiver soi-même quelques petites choses ! 🙂

  2. Et quelles sont les marques qui ne collaborent pas avec Mosanto ? Ce serait peut-être plus court de les nommer ?

  3. Combien d’entreprise(s) dirige(nt) le monde? Oo

    Enfin, je suis partante pour boycotter tous ça :p

  4. C’est dommage que des articles telle que celui-ci se perdent en argument.
    Il y a beaucoup d’études indépendantes qui n’ont pas montré le moindre effet pathogène des OGM.
    Du coup, je ne peux avoir confiance aux restes des arguments de l’article pour lequel je n’ai pas les capacités de juger par moi-même.

    Comment faire confiance à Monsanto à la moralité défaillante sur beaucoup de sujets?
    Et comment faire confiance à Greenpeace qui détruit les champs nécessaires à la recherche pour des décisions saines?

    Comme pour le nucléaire, jamais un seul débat sain n’est proposé ; que des gens qui essaient de propager leur idéologie.

    • Bonjour et merci pour le com.
      Evidemment, je ne partage pas vos idées, mais ce n’est pas un problème.
      Je vous invite juste à aller vérifier les sources.
      Dès qu’un labo dit indépendant fait une recherche sur Monsanto,
      l’étude est négative SAUF si dans les laborantins, certains ont des connexions/intérêts/actions chez Monsanto.
      Cela fonctionne ainsi dans la majorité des corporations scientifiques, cela a été démontré dans les enquêtes sur Monsanto,
      le poisson (dont le fameux saumon de Norvège, excellent reportage sur France 2 je crois), le lait, Nestlé, les recherches sur le Sida (voir l’excellent film Dallas Buyers Club) … etc.

      De toute évidence, quand l’objectif numéro un d’un groupe est le profit, les doutes sont avérés. Notamment quand ces groupes considèrent le vivant, la vie, comme une marchandise à voler aux autres pour leur revendre ensuite… C’est pessimiste, mais ce n’est pas partisan, je ne gagne rien à dire cela et je ne suis dans aucun parti…

      L’ I

  5. Hello, je débarque un bon moment après la publication de cet article mais, juste par curiosité, comment fait-on quand on est étudiant et qu’on a envie de boycotter ce genre de marques ? Je vois dans la liste de greenpeace que finalement… seule 8 marques sont en vert. Or un étudiant n’a pas forcément les moyens de se payer du bio.
    Je réagis à une chose avec ce que je viens de dire : « celui qui sait et qui ne fait rien est forcément coupable ». Merci donc, vous venez de guillotiner les étudiants de bonne volonté mais sans moyens, et pas que les étudiants au final.
    Après si vous avez un bon plan pour pouvoir agir de manière citoyenne sans vendre un rein et un bras à 20 ans, je suis preneuse 🙂

    • Bonjour Switch et merci pour le message.
      Pour te répondre : ne rien faire, c’est refuser d’ouvrir les yeux, ou seulement sur ce qui nous arrange.
      Ne rien faire, c’est se détourner de la réalité une fois qu’elle est sue.
      Tu fais donc déjà quelque chose, selon moi, car tu veux comprendre, et changer.
      Après, il faut aussi faire selon ses moyens.
      Moi-même, plus étudiant depuis peu et sans forcément beaucoup de moyens, je ne peux pas toujours consommer local,
      de saison et bio. Mais je fais le max et je m’informe sur comment faire au mieux, et c’est déjà beaucoup.

      Plus on sera nombreux à quitter la grande distrib et à aider les petites productions locales, plus les petits deviendront grands et pourront baisser leurs prix ! 😉

      L’ I

  6. Je suis tout à fait d’accord sur le fond de l’article, mais il ne suffit pas de pointer du doigt. Citer des sources sûres, c’est bien aussi.

  7. Certains produits + ou – « safe » appartiennent à de grands groupes listés  » à boycotter ». Green washing, volonté de redorer son blason.

    Vive la pression de l’opinion publique.

  8. Bonjour, voilà, je suis en 3°, j’amène mon repas à la cantine à cause du fait que je me nourrissait de yaourts pour cause de repas immangeables (en plus je suis végétarienne et ce de mon propre choix). À la cantine, je suis sûre que les 3/4 des choses viennent ou de Nestlé, ou de Monsanto, ou de Unilever, ou de je ne sais qui encore …
    Ça serait bien qu’on arrête de nourrir des enfants de cette manière. Et en plus, le pire, c’est que ce n’est pas tout : les hôpitaux aussi, et là, c’est encore pire : il sont sensés prendre soin des patients avec ça ! Mais c’est tout de même un scandale !!!

  9. Il faut pas oublier que Monsanto s’est aussi infiltré dans le bio, en ayant racheter Lima et Danival, et ce n’est qu’un début. Ils commencent à s’apercevoir que le vent tourne, donc il se tourne vers le bio pour réinvestir tout leurs profits.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas utilisé à des fins commerciales. Champs obligatoires *

*